15 millions € de prêt de la BAD pour appuyer la gouvernance et l’investissement

22/10/2014
Share |

La Banque africaine de développement (BAD) et le Cap-Vert ont signé hier, 20 octobre 2014 à Abidjan, un accord de prêt de 15 millions d’euros. Ce montant est destiné à financer la deuxième phase du Programme d’appui à la gouvernance des entreprises publiques et de la promotion des investissements (PAGEPPI 2).

Le PAGEPPI 2 aidera consolider le cadre macroéconomique et à relancer la croissance, en améliorant la gouvernance des entreprises publiques et en encourageant l'investissement privé.

S’exprimant lors de la cérémonie de signature, le vice-président de la BAD chargé de l’agriculture, de l’eau, du développement humain, de la gouvernance et des ressources naturelles, Aly Abou-Sabaa, a félicité le Cap-Vert pour ses efforts visant à maintenir la stabilité macroéconomique et à doter le pays du statut d’économie émergente.

Et Aly Abou-Sabaa de souligner que ces efforts ont permis au Cap-Vert de susciter la confiance des partenaires au développement. Cette confiance, a-t-il poursuivi, se manifeste dans « l’approche programmatique adoptée par l'ensemble des partenaires techniques et financiers mettant en œuvre des appuis budgétaires généraux au Cap-Vert. »

L’ambassadeur du Cap-Vert au Sénégal, Cesar Augusto A. Monteiro, a rendu hommage quant à lui à l’appui de la BAD : « Votre soutien économique joue un rôle important dans la consolidation du processus démocratique au Cap-Vert, a-t-il déclaré. Si la consolidation démocratique a besoin d’appui économique, cela est encore plus vrai pour le Cap-Vert, qui est devenu un pays à revenu intermédiaire et a donc besoin de plus de moyens pour financer ses besoins. »

Le PAGEPPI 2 entend apporter une réponse au défi des déficits budgétaires, source d'endettement public, en mettant l’accent sur l'amélioration de la gestion des participations de l'Etat dans les entreprises publiques et la rationalisation du portefeuille des investissements publics. Par ailleurs, le PAGEPPI accorde une place importante au secteur privé, qu’il considère comme un moteur de la croissance, à travers des dispositifs innovants, faisant appel au partenariat public privé, incitatifs à l'investissement, et qui ciblent, à l’échelle internationale, les investisseurs étrangers et, au plan local, les porteurs de projets de micro, petites et moyennes entreprises.

Les engagements cumulés de la BAD au Cap-Vert depuis 1977 avoisinent les 530 millions de dollars EU.