ADB approves €8.6 million Grant to Guinea for Strengthening Economic Capacity and Financial Management

04/02/2011
Share |

Tunis, le 4 février 2011- La Banque africaine de développement (BAD) a approuvé un don de 8,6 millions d’euros  à la République de Guinée, pour aider le pays à créer les conditions favorables à la relance économique à travers une gestion des finances publiques plus crédible et une gouvernance renforcée des secteurs extractif et sylvicole. En matière de gestion des finances publiques, le don vise à pallier les faiblesses dans la préparation et l’exécution du budget ainsi que celles de la mobilisation des ressources financières de l’Etat. En matière de gouvernance dans les secteurs extractifs et sylvicoles, le financement vise à alimenter ces ressources par une meilleure contribution des secteurs productifs à l’économie. L’intervention de la Banque auprès des  secteurs productifs guinéens,  tels que les mines et les forêts, renforcera leur capacité à générer plus de revenus pour l’Etat.

Le système des finances publiques en Guinée présente actuellement des  faiblesses et plusieurs facteurs limitent la mobilisation des ressources publiques et l’efficacité de la dépense. En ce qui concerne  le secteur extractif, et en particulier celui des mines, il joue un rôle fondamental dans l’économie guinéenne, assurant plus de 80% des recettes d’exportation du pays, 25 à 30% des recettes de l’Etat et 15 à 20% du PIB. Toutefois, ce secteur présente également des faiblesses liées au caractère obsolète des textes juridiques qui n’ont pas suivi l’évolution économique du pays.  Pour Isaac Lobe Ndoumbe,  directeur du département de la gouvernance à la BAD, « l'appui institutionnel, approuvé le 31 janvier 2011 à Tunis, par le Conseil d'administration de la BAD, va apporter une plus grande efficacité dans la mobilisation des recettes et dans la rationalisation de la dépense publique  puis mieux asseoir le renforcement de la gouvernance dans les secteurs extractif et sylvicole afin d’assurer une mobilisation accrue et soutenue des ressources de l’Etat en vue de soutenir l’investissement public ».