AfDB President Urges YPs to be Bold and Innovative

02/03/2012
Share |


AfDB president Donald Kaberuka gave a pep talk this week to a group of more than sixty of the Bank’s Young Professionals, discussing their role in the institution’s overall business and the part they will play in its vision and strategy.

He urged them to have greater confidence and to be bold and innovative, saying “We all make mistakes, but the biggest one is doing nothing.”

The session focused on the AfDB’s Long Term Strategy (LTS) for 2013 to 2022, which is currently being formulated through extensive discussions with interested parties across sectors inside and outside the Bank.

Other issues raised included inclusive growth, climate change, regional integration and how the Young Professionals (YPs) program could be improved.  To that end, Mr Kaberuka encouraged the YPs to work with the Human Resources Management department on ways to make the program better. The discussion also included the Bank’s internal processes, project cycles and dialogue with member countries.

Mr Kaberuka stressed that the YP program is very much a leadership process, and one in which “we cannot afford to fail”.

Talking about the meeting afterwards, the YPs spokespersons, Yoannes Kassahun Bitsat and Nana Spio-Garbrah said they had the opportunity for long and fruitful discussions about the LTS among themselves. They also expressed satisfaction with the program’s objectives and that they were ready to help improve it.

Regarding a question on what Africa’s priorities should be over the next decade, the YPs  recognised inclusive growth, education, climate change, water management, and regional integration as strategic development drivers.

In his concluding remarks, Mr Kaberuka recalled that the Bank will celebrate 50 years at the forefront of Africa’s development in 2014. He said: “We are the African Development Bank and we should first compare our institution to what it was 50 years ago, and where do we go from here.”

For their part, the YPs expressed their satisfaction with the meeting. Succès Masra, a YP attached to the Chief Economist’s office said: “We have heard messages of hope,”


Bitsat Yohannes, Young professional, Agricultural department

On behalf of all our YP colleagues present and those who are unable to attend, we would like to thank the president for spending some time with us. We know he is very busy so we genuinely appreciate the opportunity to have his undivided attention. The interaction we have just had with him, drawing on practical Africa’s development case studies is encouraging. It felt like  a brainstorming session prior to taking major development decisions. The quality of the discussions was high and most if not all of us here really appreciate the interaction with the Bank’s senior management.

Our various experiences at the Bank as young professionals are exciting. Some of us have had opportunities to meet our continent’s leaders and to learn from them about significant challenges that Africa is striving to overcome; we were part of negotiations, Country strategy papers (CSPs) and Regional integration strategy papers (RISPs) that have far reaching impacts on countries, regions and the continent as a whole.

In terms of the Bank’s overall Business, vision and strategy, we have had long and fruitful discussions among ourselves on the Bank LTS and we will continue to do so with the president’s remarks in mind. The Young professional program gives us rich experiences but it also has its challenges. As explained by our colleagues, we will continue to work with Human resources (CHRM) and the YP Programme Steering Committee to enhance the positive experiences and to address areas where there is room for improvement. We are  aware that CHRM is working on a career mapping framework which will be available to all personnel in the Bank. We appreciate these efforts and urge management to the greatest extent possible, to not lose momentum on this project.


Succès Masra, jeune professionnel au complexe de l’économiste en chef

« Je suis fier de faire partie de ces jeunes qui croient en l’avenir du continent africain » - Succès Masra.

Dans cette entrevue, Succès Masra, jeune professionnel au complexe de l’économiste en chef, donne son point de vue sur  la nouvelle stratégie de la BAD pour la prochaine décennie et tire des enseignements de l’interaction avec le président de la Banque.  Selon M. Masra  « Cette Banque est l’endroit idéal pour donner corps à nos idées de contribuer concrètement et amplement au développement du continent africain.» Lire l’entrevue.

Question : Quels enseignements tirez-vous des échanges avec le président ?

Réponse : Le fait que le président ait décidé de nous rencontrer et d’échanger directement avec nous, est une attitude managériale très positive que nous apprécions à sa juste valeur. Cela témoigne aussi de l’importance stratégique qu’il accorde à ce programme pour l’avenir de l’institution. Notre engouement à interagir avec lui est révélateur. Nous avons passé deux bonnes heures de discussions au cours desquelles M. Kaberuka a fait montre de pragmatisme et de volonté de faire traduire en actions concrètes les différents points évoqués. Nous en sommes très heureux.

Question : Pensez-vous  avoir eu la meilleure opportunité en rejoignant la Banque africaine comme jeune professionnel ?

Réponse : Je suis fier de faire partie de ces jeunes qui croient en l’avenir du continent africain. L’expérience Jeunes Professionnels de la BAD est enrichissante. Elle est aussi stratégique et intellectuellement stimulante quand vous pouvez apporter votre contribution dans la définition des stratégies et politiques appliquées par l’institution panafricaine. Le fait que le président Kaberuka reçoive tous les  jeunes professionnels aujourd’hui pour écouter leurs propositions sur des questions opérationnelles et stratégiques témoigne du fait que ce programme est vu au sein de l’Institution comme un outil stratégique pour attirer les futurs décideurs de la Banque.

Question : Quel est votre point de vue sur  la nouvelle stratégie de la Banque pour la prochaine décennie axée sur la croissance inclusive ?

Réponse : A mon avis, le fait que la Banque ait décidé d’aller vers une stratégie de développement inclusif est une excellente chose. C’est la meilleure réponse à apporter aux syndromes de croissance sans développement  et de création de richesse sans partage équitable. C’est aussi de cette façon que la Banque pourrait aider ses 54 pays membres régionaux à réduire les fractures sociales et les questions de gouvernance que le printemps arabe a révélé.  Le défi sera donc d’innover dans les processus internes de la Banque, les cycles de projets, les dialogues  avec les décideurs des pays africains, la manière de booster le secteur privé africain et l’approche efficiente sur la question du  dividende démographique. Je suis heureux de savoir que le président en fait une question prioritaire et demande une contribution spécifique des jeunes professionnels afin de définir les piliers et axes stratégiques de cette nouvelle stratégie à long terme qui est en cours de définition.

Question : Avez-vous un  message à l’endroit des autres jeunes qui pensent rejoindre la Banque africaine de développement ?

Réponse : J’ai étudié hors de l’Afrique, notamment à Sciences Po Paris. Après mes études j’ai commencé à travailler hors du continent en me demandant comment être utile au développement du continent africain. Je crois que de nombreux jeunes, qui, en Asie, en Europe, aux USA se posent les mêmes questions. Je puis leur dire que cette Banque est l’endroit pour donner corps à leurs idées de contribuer concrètement et amplement au développement du continent. Il y a encore des choses à améliorer, mais ensemble, on peut le faire et le programme jeunes professionnels est une belle por te d’entrée !