Canadian Ambassador to Tunisia Accompanies Business People Delegation to the AfDB

Share |

Date: 20/01/2010
Location: Tunis, Tunisia
ambassadeur canada Delouya
  • Le Canada est membre du Groupe de la BAD depuis 1982
  • Plusieurs fonds fiduciaires bilatéraux, dont le plus récent d’un montant de 5 millions de $ Can. a été approuvé en mars 2008
  • Contribution active du Canada aux initiatives multilatérales à l’instar de la Facilité africaine de l’eau, la Facilité de préparation des projets d’infrastructures dans le cadre du NEPAD et la Facilité d’appui au secteur privé africain.

Le 21 janvier 2010, l’ambassadeur du Canada en Tunisie, M. Ariel Delouya, a accompagné une mission de gens d’affaires du Conseil canadien pour Afrique (CC Africa) à la BAD, à Tunis. Cette mission visait à familiariser les entreprises participantes avec les opportunités d’affaires liées aux opérations du Groupe de la BAD. Les membres de la mission ont aussi rencontré Bruce Montador, administrateur de la BAD représentant le Canada.

Au cours de son allocution, M. Delouya a rappelé les liens étroits entre la BAD et le Canada, mais a aussi insisté sur le fait que « l’engagement du Canada envers le continent africain ne s’exprime pas uniquement à travers notre relation avec la Banque. Cet engagement est ancré dans notre appartenance au Commonwealth et à la Francophonie, il s’est aussi manifesté dans le leadership que nous avons exercé dans nos efforts en tant que membre du G8 et du G20 pour mettre l’Afrique à l’avant plan des préoccupations des grandes puissances industrialisées. »

A preuve, a rappelé l’ambassadeur, en septembre 2009, le Canada a pris l’initiative de mettre temporairement à disposition de la BAD un montant de 2,8 milliards $ Can., soit un accroissement de 200 % de sa quote-part. Cette initiative permettra à la BAD d’accroître de 75 % les prêts qu’elle avait prévu d’octroyer en 2010 pour faire face à l’augmentation de la demande causée par la crise financière.

En souscrivant temporairement à d’autres parts du capital exigible, le Canada a ainsi augmenté le montant des garanties fixes, de sorte qu’à court terme, la capacité de prêt de la BAD est directement majorée du même montant, et ce, jusqu’à ce qu’elle ait trouvé des ressources permanentes pour accroître son capital de base.