Entretien avec M. Abdoulaye Diop, ministre sénégalais de l’économie et des finances, Président du Conseil des gouverneurs de la BAD

13/11/2008
Share |

« J’ai rarement vu une conférence aussi utile »

Question: Monsieur le ministre, quels enseignements tirez-vous de la conférence ministérielle sur la crise financière internationale à laquelle vous venez d’assister avec plusieurs de vos homologues, des gouverneurs des banques centrales africaines et des représentants d’institutions financières internationales ?

Réponse: J’ai rarement vu une conférence aussi utile, autant par la qualité des intervenants que par la présence effective des décideurs politiques. La position que l’Afrique a dégagée donne à cette conférence tout son éclat. Nous avons ainsi pu faire des propositions concrètes en direction des pays du G-20. Je pense que notre voix sera entendue. Si nous ne nous étions pas réunis ici à Tunis, je ne suis pas sûr que notre position sur la crise financière ait eu autant d’éclat.  Je ne suis pas sûr que notre position ait pu être aussi bien considérée sans cette rencontre.

Question: Parmi les conséquences de la crise, on cite la baisse éventuelle des transferts des migrants. En tant que ministre d’un pays bénéficiaire de ces transferts, ces inquiétudes vous paraissent-elles fondées ?

Réponse: Il s’agit bien d’inquiétudes légitimes. La persistance de la crise va entraîner la perte d’emplois dans les pays d’accueil des migrants. Déjà, certains émigrés qui cumulaient deux emplois pour pouvoir envoyer de l’argent au pays ont commencé à  en perdre un. On estime que les transferts d’argent des migrants vers le Sénégal  vont chuter de près de  10%. Mais, les conséquences ne vont  pas se limiter aux seuls transferts d’argent. Nous avons des inquiétudes légitimes sur les investissements directs étrangers qui pourraient fortement baisser. Car, si leur économie ne va pas, les pays riches auront tendance à moins investir dans  les nôtres. Nous avons également des inquiétudes sur le prix des matières premières.

Question: L’Afrique va-t-elle s’exprimer d’une seule et même voix pendant toute cette crise ?

Réponse: C’est notre intérêt de nous exprimer d’une seule voix. Et parmi les conclusions de la conférence, il y a notre décision de porter les préoccupations exprimées à la connaissance des chefs d’Etat lors de leur prochain Sommet. Toutes les voix se sont élevées lors de cette conférence ministérielle pour réitérer le souhait que le président Denis Sassou N’Guesso  du Congo puisse porter la voix de l’Afrique. Nous sommes unanimes sur les conséquences de la crise sur nos économies. Et je pense que nous continuerons à nous exprimer là-dessus d’une même voix.


Comments

No comments have yet been posted, be the first to comment by using the form below:

*
*
* CAPTCHA
*
 

Speaker

  • Name:
    Abdoulaye Diop
  • Title:
    Ministre sénégalais de l’économie et des finances, Président du Conseil des gouverneurs de la BAD

Related Sections

Explore what we do

Select a country

Explore our
activities