IAMLADP Conference Opens in Tunis

01/07/2009
Share |

DSC 9628

« Le multilinguisme renforce notre propre identité locale afin de mieux nous préparer à traiter dans un esprit d’ouverture avec le reste du monde ; il nous prépare à la mondialisation », a souligné le président du Groupe de la BAD, Donald Kaberuka

Tunis, 30 juin 2009-Le président du Groupe de la Banque africaine de développement, Donald Kaberuka a ouvert mardi 30 juin 2009, à Tunis, la réunion annuelle internationale concernant les services linguistiques, la documentation et les publications (IAMLADP).

Cette conférence qui se tient sous la coordination des services linguistiques du Groupe de la BAD (CLSU), regroupe près de 200 participants, notamment des experts en matière linguistique en provenance d’organisations internationales, dont, la Commission économique pour l’Afrique, la commission économique européenne, la Banque centrale européenne.

S’exprimant à cette occasion, le président Kaberuka a salué les participants et réaffirmé son appui à cette conférence qu’il a décrite comme « le Davos des services de conférence». «Ma présence à cette séance d’ouverture souligne l’importance que la Banque et moi-même accordons à la communication multilingue », a-t-il indiqué. «Pour nous, la langue ne joue pas uniquement un rôle d’appui.

Cette dimension multilingue s’ajoute à l’avantage comparatif qu’a la Banque sur ses pairs dans notre sphère de compétence», a-t-il précisé. M. Kaberuka a par ailleurs souligné le rôle prépondérant de la langue dans la communication et dans l’accès aux connaissances, ainsi que dans la préparation de notre continent à la mondialisation. Le multilinguisme, a-t-il indiqué, «renforce notre propre identité locale afin de mieux nous préparer à traiter dans un esprit d’ouverture avec le reste du monde ; il nous prépare à la mondialisation ; la pratique des langues d’autrui permet de communiquer avec lui et d’élargir l’accès aux connaissances, par-delà les clivages linguistiques et culturels ».   

L’IAMLADP est un forum d’une importance capitale, qui offre à l’unité des services linguistiques de la BAD, l’opportunité d’apprendre, non seulement des responsables des services de conférences et de langues du système de l’ONU, mais également des organisations partenaires n’appartenant pas au système onusien. « En organisant cette réunion, la Banque, institution attachée au multilinguisme et à la diversité culturelle, verra son image et sa visibilité se renforcer davantage, ce qui constitue, selon les experts des services linguistiques de la BAD (CLSU), un atout inestimable dans un environnement multiculturel comme celui du Groupe de la Banque », a précisé de son côté, M. Valentin Ndi Mbarga, chef de l’unité CLSU.  Une autre raison pour laquelle l’organisation de cette réunion par la BAD revêt un intérêt particulier, a ajouté Jacques Edjangué, traducteur-réviseur à CLSU, «est le projet de renforcement des capacités des interprètes et traducteurs africains – projet qui fera l’objet de discussion au cours de cette rencontre de Tunis ».

En outre, a ajouté M. Edjangué, les experts se pencheront sur les questions liées aux conférences, aux langues et aux publications, ainsi que sur la gestion de la performance et de la qualité.  Depuis le démarrage des travaux de la conférence de l’IAMLADP à Tunis, les experts ont tenu, lundi 29 juin, 2009, une réunion du comité exécutif et une séance plénière.

Lors de la plénière la vice-présidente chargée des services institutionnels, Mme Arunma Oteh avait souligné le rôle essentiel que jouent les services linguistiques dans notre institution en tant que fonction d’appui. Conscient de ce rôle, a-t-elle ajouté, « le Conseil d’administration de la Banque a récemment décidé d’ériger l’Unité des services linguistiques en Département, composé de trois divisions: une division de la traduction de langue française, une division de la traduction de langue anglaise et une division de l'interprétation".