Interview with Mr. Thomas Kigabo Rusuhuzma, National Bank of Rwanda

13/11/2009
Share |

thomas

« Le continent devrait penser sérieusement à des politiques de mobilisation de l’épargne domestique, et mettre en place des institutions spécialisées. Bien évidemment, les échanges d'expérience dans ce forum ne sont pas destinés à régler tous les problèmes de nos pays. Ces échanges nous servent de boussole », a précisé M. Thomas Kigabo Rusuhuzma, Banque nationale du Rwanda.

Question : Est-ce que les déclarations faites à l’ouverture par les responsables de la BAD et de la CEA ont répondu à vos attentes ?

Réponse : Je suis spécialement intéressé par les effets de la crise financière internationale sur les services financiers en Afrique, parce que c’est des sujets très importants. Après les discours et les différentes présentations que nous avons suivis ici hier, il est reconnu maintenant que dans le contexte de la crise financière internationale, les ressources  financières internationales vers l’Afrique devraient continuer à être affectées sans conditionnalités.

Je pense également aux investissements directs étrangers, ressources que nous recevons sous forme d’aide, aux transferts des africains de l’étranger et les ressources financières que nous recevons sur nos exportations. Cela est expliqué par la baisse de la demande internationale de nos exportations.

Bien évidemment, ceci affecte la capacité de nos banques commerciales à assurer des services financiers dont la population africaine a besoin.

Question : Et si vous devriez lancer un appel ?

Réponse : Mon appel est à deux volets. Premièrement, l’Afrique devrait penser à ses propres ressources, c’est-à-dire disposer de politiques de renforcement et de développement des investissements internes à l’Afrique. Celles-ci répondront, non seulement aux besoins d’investissements dont le continent a besoin, mais ces investissements vont générer des nouvelles ressources dont nos banques ont tant besoin pour nos populations. Deuxièmement, le continent devrait penser sérieusement à des politiques de mobilisation de l’épargne domestique, et mettre en place des institutions spécialisées, qui permettront de réussir cet exercice de mobilisation de l’épargne domestique. Ceci contribuera au développement de la qualité des services financiers dans nos pays. Je me réjouis du fait que cette préoccupation ait été soulignée dans les différentes allocutions entendues à l'ouverture.

Question : Qu'est-ce que les échanges d'expériences à ce forum apporteront de nouveau à vos activités à la Banque nationale du Rwanda ?

Réponse :Bien évidemment, ce genre de forum n’est pas destiné à rechercher les solutions à nos problèmes, mais d'échanger d’expériences qui nous serviront de boussole, en retournant aux pays. Pour cette conférence économique africaine, je dirai que les échanges ont été de haut niveau. Ils étaient très fructueux et je félicite les organisateurs.