La BAD adopte le nouveau Document combiné de stratégie pays 2015-2020 et de revue de la performance du portefeuille pays pour le Cameroun

09/07/2015
Share |

Le Gouverneur pour le Cameroun et le Représentant résident avec 5 ministres au séminaire de dialogue sur le DSP 2015-2020 le 2 juillet 2015 à Yaoundé (photo d’archive)

Le Conseil d’administration du Groupe de la BAD a adopté une nouvelle Stratégie d’intervention de la Banque africaine de développement pour le Cameroun couvrant la période 2015-2020. Cette période de 6 ans coïncide avec l’horizon restant du Document de stratégie pour la croissance et l’emploi du Cameroun (DSCE 2010-2020), qui est la déclinaison de la « Vision 2035 du Cameroun », celle d’être un pays émergent. La stratégie de la Banque est axée sur deux piliers visant pour le premier, le renforcement des infrastructures pour une croissance inclusive et durable et pour le second, le renforcement de la gouvernance sectorielle pour l’efficacité des investissements.

Le fil conducteur principal des interventions de la Banque sera la diversification de l’économie par le développement des chaînes de valeurs agricoles afin de rendre la croissance plus forte et plus inclusive qu’elle ne l’a été jusqu’à présent. De manière transversale l’accent sera mis également, sur les politiques d’inclusion sociale, l’emploi des jeunes et le genre. La Banque va conforter sa position de Banque du savoir, par des études analytiques et sectorielles d’aide à la décision, en appui aux politiques publiques.

Cette stratégie permettra à la Banque de consolider ainsi les résultats atteints jusqu’à un stade critique non réversible. Il s’agira donc de contribuer au renforcement des infrastructures structurantes pour le développement de l’offre agricole et sa transformation, le désenclavement des bassins de production  à travers la densification du réseau de transport et l’accroissement de l’accès aux marchés pour contribuer à s’inscrire résolument dans une perspective de développement de chaînes de valeurs agricoles. Parallèlement, la Banque poursuivra son action  pour le renforcement de la gouvernance sectorielle, et l’adaptation aux changements climatiques. Cette stratégie sera mise en œuvre à travers les secteurs suivants : l’Agriculture, le Transport/TIC et la Gouvernance. L’énergie sera prise en compte dans le cadre des opérations  du secteur privé et de l’intégration régionale.

« Cette nouvelle Stratégie de partenariat est le reflet de l'engagement à moyen terme de la Banque pour aider le Cameroun à poursuivre et accélérer la mise en œuvre du Document de stratégie pour la croissance et l’emploi (DSCE 200-2020) afin de diversifier son économie pour la rendre davantage résiliente aux chocs exogènes et passer à un sentier de croissance plus élevé, compatible avec le potentiel de son économie et son leadership dans l’espace Communauté économique et monétaire des Etats de l'Afrique centrale (CEMAC) et, réduire la pauvreté en vue d’atteindre les Objectifs du Millénaire pour le développement »,  a déclaré  Marlène Kanga, Directrice régionale pour l’Afrique centrale. « La revitalisation du secteur agricole, l'augmentation des investissements publics et privés et un élargissement de l'accès à l'approvisionnement en énergie fiable et abordable, ainsi que la remise en état des infrastructures de transport et urbaines, sont essentiels à cette reprise », a-t-elle ajouté.

La nouvelle Stratégie a été préparée en étroite collaboration avec le gouvernement, le secteur privé, la société civile et les partenaires au développement du Cameroun. Les discussions des Conseils sur la Stratégie interviennent à un moment où de sérieux défis restent à relever au Cameroun dans le but de baisser substantiellement le taux élevé de pauvreté et de chômage. Dans le même temps, le pays bénéficie d'un énorme potentiel pour diversifier son économie, rendre la croissance plus inclusive et promouvoir l’intégration régionale.

Pour Racine Kane, Représentant Résident de la Banque au  Cameroun « la relance économique du pays exigera des améliorations en matière de gouvernance, de maturation des programmes et projets pour renforcer l’efficacité des dépenses publiques. Dans cette perspective, un accent particulier devra être mis, notamment sur les projets inscrits au Programme d’urgence qui seront financés par le biais de l’émission par le Cameroun d’un Eurobond pour mobiliser 750 milliards de FCFA sur le marché international, avec le recours à l’instrument de Garantie partielle pour la couverture du risque de change de la Banque.»

Au plan opérationnel, le portefeuille actif de la Banque au Cameroun à fin juin 2015 comprend 19 opérations, dont 11 opérations nationales, 4 régionales et 4 du secteur privé, totalisant environ 609 millions d’UC. Ce portefeuille devrait s’enrichir au cours de l’année 2015 de 5 projets, dont deux seront examinés ce jour par les Conseils, à savoir le projet Central Africain Backbone pour un montant de 37,3 millions d’Euros ainsi que le projet d’octroi d’une garantie partielle de couverture de risque de change, pour un montant équivalent à 500 millions d’Euros.