La BAD et d’autres bailleurs constatent l’étendue des dégâts causés par les inondations à Antananarivo

05/03/2015
Share |


La Banque africaine de développement  figure parmi les cinq bailleurs de fonds de Madagascar, invités par le Premier ministre, chef du Gouvernement de ce pays, à constater l’étende des inondations survenues récemment à Antananarivo, suite à de fortes pluies ininterrompues qui se sont abattues  sur la ville durant plus de trois  jours.

Cette inondation a causé plusieurs dizaines de milliers de sinistrés et plus de 17 morts. A moyen terme, elle provoquera également la famine pour les populations qui pratiquent la culture du riz car si la submersion des riz repiqués persiste au-delà de sept jours, la récolte sera compromise.

En survolant la capitale inondée, le Premier ministre a montré à ses invités, dont l’ambassadeur de Chine, la représentante de la Banque mondiale, le représentant de l’Union Européenne p.i, et Kaningbi Nyaki-Zangbula,  représentant de la Banque africaine de développement  assurant l’intérim, l’ampleur des inondations qui ont envahi la totalité des périmètres irrigués d’Antananarivo, les habitations submergées jusqu’au toit par les eaux ; la détresse de la population et la situation de désolation qui s’en dégage. 

Le spectacle des personnes complètement démunies et fragilisées par les pertes de biens, de maisons et de membres de famille décédés a suscité une émotion palpable dans le regard des représentants des bailleurs de fonds.

« Outre l’absence d’un assainissement approprié de la ville et le niveau exceptionnellement élevé des précipitations qui sont tombées à Antananarivo, l’inondation observée a été également favorisée par la nature et la structure du sol de la plaine d’Antananarivo, essentiellement composée d’une argile dense abondamment exploitée par la population comme matériaux de construction, » a noté Nyaki-Zangbula, soulignant que la «catastrophe appelle à la générosité internationale pour soulager un tant soit peu, la souffrance extrême des couches les plus défavorisées de la capitale. »