La BAD et la Mauritanie présentent les enseignements d’un projet hydro-agricole freinant l’exode rural

18/10/2013
Share |

Dans le but de  promouvoir la communication et le partage des bonnes pratiques du Projet d’aménagement hydro-agricole de Brakna-Ouest (PAHABO), le gouvernement mauritanien a organisé, en collaboration avec la Banque africaine de développement (BAD), une journée portes ouvertes,  le 9 octobre 2013 à Nouakchott.

Cette journée a été  l’occasion de partager les résultats et impacts du  projet avec les diverses parties prenantes : entités administratives, organisations socio-professionnelles, bénéficiaires, société civile et partenaires au développement.

Après les discours d’ouverture  d’Abdoulaye Dagamaissa, chef de Division à la BAD, et du Secrétaire général du ministère du Développement Rural, Mohamed Ould Aida, l’audience a  suivi la  projection d’un film  sur les réalisations et impacts du projet.  Cette session a été  suivie de débats, d’une exposition photos et de panneaux reflétant les réalisations et impacts du projet.

Le PAHABO a pour objectif stratégique  de contribuer à l’amélioration de la sécurité alimentaire et  notamment d’augmenter de façon durable les productions agricoles irriguées et de décrue et les revenus des exploitants.  

Il  présente les qualificatifs d’une opération phare riche en enseignements. La motivation des groupes cibles et la dynamique de mise en valeur générée se sont traduites par une nette amélioration des rendements.  Et ce,  grâce au fonctionnement des infrastructures mises en place, aux  technologiques introduites et à l’effort de vulgarisation.

Exode rural inversé 

La zone d’intervention du projet est considérée comme  une zone d’extrême pauvreté (16 points de plus par rapport au taux national de pauvreté).  Elle  a connu des phénomènes d’exode massif depuis la fin des années 70, suite aux  situations  d’érosion amplifiées par les changements climatiques.  Grâce aux  interventions du  projet, la zone connaît désormais un phénomène d’exode inverse et de retour des populations. Environ 1500 ménages ont fait le chemin inverse.

Les indices d’amélioration des conditions de vie des groupes cibles sont visibles sur le terrain à travers les éléments suivants : désenclavement, création des postes d’emplois additionnels, amélioration des conditions sanitaires et de la situation nutritionnelle, développement du mouvement coopératif, augmentation des revenus des producteurs, création de cinq marchés hebdomadaires,  etc.

L’un des aspects importants du projet est qu’il a fait la promotion d’une approche intégrée et participative et a préparé préalablement l’environnement institutionnel avant la mise en place des aménagements. Le projet  est parvenu à concrétiser une offre intégrée regroupant la mise en place des infrastructures structurantes et toutes les mesures liées à la mise en valeur : sécurisation foncière, vulgarisation et conseil agricole, accès aux crédits, organisation et  renforcement des capacités des groupes cibles.

Augmentation de la productivité

L’installation des aménagements du schéma hydraulique a enregistré de bons résultats et affiche de bonnes perspectives pour les trois types de spéculations: périmètres rizicoles,  périmètres maraîchers féminins et les six  cuvettes réservées à l’agriculture de décrue totalisant plus de 5 200 ha.

Les données récoltées montrent de bonnes performances enregistrées en termes de production et de productivité. Autre atout : les mesures orientées en faveur des femmes, intégrant ainsi  la dimension genre.

Les  performances du projet ne résident pas uniquement dans l’importance de l’infrastructure structurante mise en place, mais  aussi  dans la réhabilitation du milieu naturel et humain, la promotion des activités génératrices de revenus, ainsi que le développement du capital socio-institutionnel.

L’adhésion remarquable de la population cible matérialisée par une dynamique locale et des initiatives propres des groupes cibles qui constituent un atout incontestable du projet.

Au total, le projet met  en évidence les enseignements suivants :

  • La nécessité d’une conception performante axée sur une approche participative et intégrée  offrant une qualité à l’entrée au projet ;
  • L’importance d’une mise en œuvre adaptée au contexte réel, concrétisée par des réajustements continus des activités pour répondre aux besoins socio-territorial ;
  • L’importance d’une démarche orientée vers l’impact, permettant de promouvoir une gestion axée sur les résultats  pour soutenir les dynamiques initiées ;
  • La nécessité de s’inscrire dans la perspective de durabilité pour soutenir les initiatives, l’appropriation des actions et la consolidation des résultats pour amplifier et pérenniser leurs impacts.

La manifestation a été organisée sous l’égide du gouvernement et a vu la participation  de représentants de la Banque mondiale, de l’Union européenne et de la FAO.