La BAD forme à la réforme de la justice et du secteur de la sécurité en Afrique

26/06/2013
Share |

L’Unité des états fragiles (OSFU) de la Banque africaine de développement (BAD)  a tenu  les 25 et 26 juin 2013 à Dakar, au Sénégal, un atelier de renforcement de capacités sur le thème « comment fonctionne le processus de réforme de la justice et du secteur de la sécurité en Afrique ? ». Cette formation sur la réforme des secteurs de la justice et de la sécurité est la troisième du genre organisée par la BAD.  Les deux précédentes ayant été organisées en Tunisie  (2011) et au Kenya (2012).

La formation  a porté  sur les questions de sécurité et de justice et leurs liens avec les programmes de développement  et de gouvernance menés par la BAD. Une attention particulière a été accordée aux questions de  genre, de gouvernance et de justice.  La rencontre a bénéficié de l’appui d’intervenants de haut niveau tels que le Général. Lamine Cissé et la Prof. Ndioro Ndiaye, ancienne ministre sénégalaise pour la femme, l’enfant et la famille.

Des études de cas détaillés concernant les pays de la sous-région tels que la Guinée ont été passées en revue.  Une table ronde  a permis aux participants d’identifier des complémentarités et des points d’entrée pour une coordination plus constructive entre, d’une part, les programmes de développement, en particulier ceux de la BAD  et d’autre part, les questions de justice et de sécurité.

La formation a été assurée par l’Equipe internationale de conseil au secteur de la sécurité (ISSAT) du Centre genevois pour le contrôle démocratique des forces armées (DCAF). Elle  a réuni 26 participants intervenant dans les secteurs de la justice et de la sécurité en Afrique (Burundi, Côte d'Ivoire,  Djibouti, Guinée, Mali, République Centrafricaine,  République du Congo, République démocratique du Congo, Tchad, Togo et la Conférence Internationale sur la Région des Grands Lacs.


Contacts