La BAD injecte 100 millions d’euros dans le programme d’appui au secteur financier au Maroc

16/10/2014
Share |

Le Groupe de la Banque africaine de développement (BAD) et le Gouvernement du Maroc ont signé, le 15 octobre 2014 à Rabat, Maroc, un protocole d’accord de prêt 100 millions d’euros, en soutien au programme d’appui au développement du secteur financier-phase III (PADESFI III) du Maroc.

Le ministre de l’économie et des finances du Maroc, Mohammed Boussaid et le vice-président des opérations de la BAD, chargé de l’agriculture, la gouvernance et le développement humain, Aly Abou-Sabaa, ont procédé à la signature de l’accord de prêt, en présence de l’administrateur de la BAD, Abdelmajid Mellouki et de plusieurs responsables gouvernementaux.

Le programme contribuera à créer les conditions nécessaires pour une croissance économique inclusive à travers le développement du secteur financier. Il vise spécifiquement à améliorer l’accès des populations et des entreprises, notamment, les très petites et moyennes entreprises (TPME) aux services financiers, à renforcer la gouvernance du secteur et dynamiser davantage les marchés de capitaux.

Le ministre Boussaid note avec satisfaction les engagements de la BAD au Maroc, indiquant que le PADESFI III répond aux orientations stratégiques du programme du gouvernement, qui soutient l’amélioration de l’inclusion financière, de la gouvernance et de l’environnement des affaires. «Ceci reflète ainsi un engagement fort et continu de la Banque à accompagner le pays dans la mise en place de réformes structurelles de seconde génération en vue de développer le secteur financier,» a souligné le ministre Boussaid.

En outre, dit-il, le prêt s’inscrit dans le prolongement des PADESFI I et II, et des trois projets d’appui institutionnels en cours d’exécution et ayant pour objet, le renforcement du dispositif marocain de régulation et de contrôle des marchés financiers ainsi que celui des garanties aux entreprises notamment les TPME et l’élaboration du code monétaire et financier marocain.

« Par l’approfondissement des marchés de capitaux qu’il soutient, le programme contribuera surtout à confirmer le statut de place financière de classe internationale de Casablanca, » ajoute le ministre Boussaid, saluant l’implantation du Fonds Afrique50 à Casablanca, «ce qui contribuera à booster la mobilisation des ressources pour le financement des projets d’infrastructure dans la région.»

Pour Abou-Sabaa, « l’économie marocaine est dynamique et constitue un succes story dont d’aucuns devraient s’inspirer», en témoigne les réalisations en cours dans le pays.

«A l’instar des participants au 9ème Forum sur le développement de l’Afrique, tenu à Marrakech, il y a quelques jours, j’ai été impressionné par l’engagement du Maroc dans les secteurs de gouvernance, de l’infrastructure, de l’agriculture et du développement humain, » a-t-il dit, soulignant : «Je suis également impressionné par la forte présence du secteur financier, dont l’appui de la BAD contribuera à stimuler, pour permettre au Maroc d’atteindre les populations vulnérables dans les zones rurales, notamment, les femmes et les jeunes ainsi que les TPME.»

Et le ministre de conclure : «Un tel niveau d’engagement témoigne de la qualité et de l’intensité du partenariat entre le Maroc et la Banque africaine de développement, que nous saluons pour ses efforts inlassables dans le développement de notre pays.»

Le PADESFI III a été approuvé, lors de la session du Conseil d’administration de la BAD à Abidjan, Côte d’Ivoire, le 1er octobre 2014.

A ce jour, les engagements cumulés de la Banque au Maroc s’élèvent à près de 2,1 milliards d’euros pour 33 opérations en cours d’exécution.