La BAD va débloquer 183 millions d’euros à la Tunisie, en contribution à la création de richesse

19/11/2015
Share |

Le Conseil d’administration du Groupe de la BAD a approuvé, un prêt de 183 millions d’euros à la Tunisie, pour contribuer à réduire les disparités régionales, et une baisse du taux de chômage et à améliorer le taux d’emploi des jeunes diplômés, dans le cadre du Programme d’appui au développement régional et à la création d’emploi (PADRCE). C’était lors de sa réunion ordinaire, mercredi 18 novembre 2015 à Abidjan, présidée par le vice-président et COO, Emmanuel Mbi.

Le PADRCE vise à contribuer à la croissance accélérée et inclusive en Tunisie à travers le développement régional et la mise en place d’un environnement propice à la création d’emplois. Il permettra de générer à terme, près de 33.000 emplois féminins en contribuant à l’égalité entre les sexes et à l’autonomisation des femmes tunisiennes, à travers l’institutionnalisation des points focaux genre ainsi que la restructuration du secteur de la microfinance.

« Ce financement va contribuer à réduire les disparités régionales, et une baisse du taux de chômage de 15% en 2015 à 14% en 2017 et à améliorer le taux d’emploi des diplômés de l’enseignement supérieur de 68,6% en 2014 à 70% en 2017, » a souligné Sunita Pitamber, directrice p.i du département du développement humain de la Banque, présentant le programme.

Le programme est mené parallèlement à ceux de la Banque mondiale et de l’Union européenne, et bénéficiera notamment aux habitants des régions de l’intérieur du pays, ainsi qu’à quelque 58 000 diplômés annuels de l’enseignement supérieur dont 66% de filles et aux diplômés de la formation professionnelle. Le financement impactera également des femmes et des jeunes bénéficiaires de micro-crédit ainsi que 235.000 familles ciblées par l’assistance sociale.

Rappelons que la révolution de 2011 en Tunisie et la transition qui en a résulté ont réduit l’attrait de ce pays pour les investisseurs, qui a reculé de plus de 15 places (de la 45ème en 2011 à la 60èmeplace) dans le classement Doing Business 2015 avec une régression sur l’ensemble des indicateurs.

Aussi, la productivité globale des facteurs a connu une baisse annuelle en moyenne de -0,8% sur la période 2011-2014, principalement due aux importants mouvements sociaux. L'instabilité politique, l'inadéquation de la formation de la main d'œuvre et la concurrence du secteur informel, représentent les trois difficultés majeures auxquelles sont confrontées les entreprises tunisiennes, selon une récente enquête de la BERD 2015.

Cependant, le pays dispose d’atouts considérables qu’elle compte exploiter pour améliorer sa compétitivité : le niveau de développement humain supérieur à celui de la moyenne pour la région MENA (0,7 contre 0,64 pour la région MENA), une économie relativement ouverte et diversifiée, et une situation géographique stratégique.

Le PADRCE apporte une réponse intégrée à la problématique du développement régional et opérationnalise un des axes phares de la vision de la Banque portant sur l’emploi des jeunes. 


Related Sections

Contacts