Maroc : un prêt de 157 millions $ de la BAD pour appuyer le secteur financier

14/07/2016
Share |

Le Conseil d’administration de la Banque africaine de développement (BAD) a approuvé, le 13 juillet 2016 à Abidjan, un prêt de 157 millions de dollars EU, destiné  soutenir le Programme d’appui au renforcement de la stabilité et de l’inclusion financière (PARSIF) au Maroc.

Cet apport de la BAD contribuera à créer les conditions nécessaires pour raffermir davantage la stabilité et le caractère inclusif du secteur financier marocain en renforçant le financement de l’économie et notamment des très petites et moyennes entreprises (TPME) tout en améliorant la qualité de vie de la population.

Le PARSIF vient ainsi consolider et approfondir les acquis des trois phases précédentes du Programme d’appui au développement du secteur financier (PADESFI) mises en œuvre de manière très satisfaisante entre 2009 et 2015, en intégrant de nouvelles priorités, notamment celles relatives au renforcement de la viabilité du secteur de la retraite et l’amélioration des conditions de vie des retraités ainsi que le renforcement de l’accès au financement des petits exploitants agricoles et des start-up innovantes. Ainsi, ce programme entend particulièrement redynamiser les investisseurs institutionnels, que sont les compagnies d’assurances et les caisses de retraite, afin qu’ils jouent un plus grand rôle dans le financement de l’économie tout en améliorant leur caractère inclusif.

Le PARSIF répond ainsi aux orientations stratégiques du programme du gouvernement, qui soutient l’amélioration de l’accès aux services financiers tant de la population – notamment des plus vulnérables – que des entreprises – TPME en particulier –, tout en veillant à la qualité de la gouvernance du secteur financier pour répondre aux normes et standards internationaux.

Les principaux bénéficiaires potentiels seront notamment:  les retraités et préretraités qui bénéficieront de régimes de retraites solides aptes à assurer, de façon structurelle, le paiement régulier de leur pension de retraite, les travailleurs indépendants y compris les actifs du secteur informel, qui disposeront désormais d’une couverture pour leur retraite, les femmes à travers leur plus grande participation aux conseils d’administration des banques et établissements financiers et aussi, pour les petites exploitantes agricoles, un accès plus facile au crédit,  le secteur privé et parapublic qui pourra compter davantage sur les ressources d’investisseurs institutionnels (compagnies d’assurances et caisses de retraite) plus sains et dynamiques, les petits exploitants agricoles qui pourront mieux accéder aux crédits quelle que soit la nature de leurs besoins (exploitation ou investissement), et  les jeunes qui pourront mieux traduire en réalité leurs génies créateurs par un meilleur financement des start-up innovantes.

Ce programme vient renforcer la présence, déjà active, de la BAD dans le processus de réformes du secteur financier. A ce jour, les engagements cumulés de la Banque au Maroc s’élèvent à près de 2,38 milliards d’euros pour 35 opérations en cours d’exécution. Un tel niveau d’engagement témoigne de la qualité et de l’intensité du partenariat entre le Maroc et la Banque africaine de développement. 


Related Sections

Contacts