MyAfricanStartUp : avec la BAD, miser sur les jeunes entrepreneurs africains !

22/06/2015
Share |

Les 50e assemblées de la Banque africaine de développement (BAD) ont accueilli la première rencontre annuelle dédiée aux startups africaines.

Née en 2014, MyAfricanStartUp est une initiative de Christian Kamayou, lui-même jeune entrepreneur à succès et animateur du réseau en Afrique des anciens diplômés de l’école HEC, qui bénéficie du soutien de la Banque. Objectif : aider les jeunes entrepreneurs africains à trouver les financements nécessaires à la création et la survie de leur entreprise.

Rencontres de networking, conférences plénières, tables rondes, témoignages d’entrepreneurs, ateliers et autres master class ont ainsi rythmé la 3e journée des assises de la BAD, mercredi 27 mai 2015.

Couronnant le tout, ont été dévoilés les noms des lauréats de cette édition 2015 de MyAfricanStartUp, sélectionnés à l’issue d’auditions conduites par un jury quarante-huit heures durant.

Le premier prix est allé à Ange Emmanuelle Effi, pour son projet  “Crowd SAV’IN”, une solution d’épargne et de financement de micro-investissements  via les téléphones mobile, en faveur des personnes à faibles revenus. Francis Yapobi a remporté le deuxième prix, pour son projet intitulé “Airshop”, une sorte de “e-duty free shop”. Et le troisième prix a été  remis à Maryanna Lougbegnou, pour son projet “Bloodbook”, un annuaire digital de donneurs de sang, qui lui aussi recourt à la téléphone mobile pour livrer des informations essentielles (groupe sanguin, localisation des donneurs, etc.) et ainsi sauver des vies.

Thierry Tanoh, secrétaire général adjoint de la présidence de la République de Côte d’Ivoire, a délivré un message d’encouragement aux jeunes porteurs de projets. Et s’est dit convaincu que MyAfricanStartUp peut être un moteur du développement d’un pays, avant d’adresser quelques conseils bienveillants aux entrepreneurs en devenir.

Au nom de la secrétaire générale de la BAD, Cecilia Akintomidé, Robert Masumbuko chef de division par intérim au sein du Département chargé du développement financier, a dit combien la banque est heureuse d’accompagner cette initiative en faveur des jeunes entrepreneurs africains ; ceux-là même qui formeront les grands patrons de demain. Et d’annoncer que la BAD compte lancer d’ici la fin juillet 2015 un concours destiné aux jeunes entrepreneurs ivoiriens. Objectif : encourager, identifier, financer et accompagner quelque 200 projets de création d’entreprises – en portant attention à la représentativité des femmes entrepreneures. La CGECI (Confédération des grandes entreprises de Côte d’Ivoire) s’est vue confier la gestion et la mise en œuvre du projet, via  un comité de coordination composé d’un représentant de chaque institution partenaire. Les projets seront sélectionnés – par ce comité appuyé d’experts – sur la base de leur capacité à générer des revenus, de leur impact sur la réduction des disparités régionales et sociales et de leur durabilité.