Souk At-tanmia renforce les capacités de 250 entrepreneurs en Tunisie

22/10/2014
Share |

250 participants à la 2e édition du Partenariat Souk At-tanmia ont suivi une formation pour renforcer leurs capacités managériales. Objectif : les préparer à mener leurs projets jusqu’au bout.Le programme est conduit par “Education for Employment” (EFE), en collaboration avec le réseau des pépinières d’entreprises de l’Agence de promotion de l’industrie et l’innovation (APII) et la Banque africaine de développement (BAD).

Photo de groupe de la formation de Gabes (septembre 2014)

Un processus de sélection transparent, qui assure la non-exclusion des régions de l’intérieur, des femmes, des jeunes et des chômeurs

Le processus de sélection de Souk At-tanmia se veut transparent et ouvert, afin d’offrir les mêmes chances à tout entrepreneur tunisien, quels que soit son âge, son sexe, son statut ou sa localisation. Pour ce faire, la sélection se fait dans un cadre collaboratif, grâce à la participation active d’experts nationaux et internationaux représentant  les partenaires de Souk At-tanmia et à une évaluation anonyme basée sur des critères clairs et objectifs.

Commencée à la suite de la clôture de l’appel à propositions le 30 juin 2014, la sélection des bénéficiaires de la 2e édition se fait en plusieurs étapes. Après l’évaluation de leur dossier, plus de 544 candidats – parmi les 1 419 propositions initiales – ont été retenus au terme du 1er tour et invités à défendre leurs idées et leur projet durant un entretien. Du 27 août au 15 septembre 2014, pas moins de 25 ateliers ont été organisés dans 11 gouvernorats du pays, orchestrés par EFE Tunisie avec le réseau des pépinières de l’APII et les partenaires

« Grâce aux enseignements tirés de l’édition pilote, nous avons optimisé le processus d’évaluation pour cette édition. Entre autres, nous avons intégré une phase de “pitching” à travers 25 ateliers de présélection, pour permettre aux partenaires d’évaluer l’implication des candidats et leurs capacités à porter leurs projets » a déclaré Thouraya Triki, économiste en chef au Département régional Afrique du Nord de la BAD.

Membre de la CJD et du jury de sélection, Mohamed Hachicha a tenu à saluer « le dynamisme, la détermination et l’enthousiasme de nos jeunes qui ont défendu, chacun à sa manière, leur projets et ne cessent de manifester leur volonté d’entreprendre ».

Photo de groupe d’un atelier de présélection à Tunis (septembre 2014)

Après cette série d’ateliers de présélection, 250 candidats ont pu accéder au 2e tour. Un deuxième tour qui s’est attaché à la qualité de l’idée, à la viabilité commerciale et à la faisabilité technique du projet, au potentiel de création d’emplois, au potentiel d’innovation ou d’impact positif sur l’environnement et enfin, à la situation de l’entrepreneur bénéficiaire, à sa motivation et à l’implantation géographique du projet.

Les résultats de présélection répondent aux critères de l’initiative en faveur des régions de l’intérieur, des femmes, des jeunes et des chômeurs, tout au long des différentes étapes du processus. En effet, la présélection des 250 candidats fait la part belle aux jeunes (78 % moins de 35 ans), aux chômeurs (56 %), avec une participation de 32 % des femmes et une représentation des 24 gouvernorats.

« Outre son rôle en tant que partenaire financier de l’initiative, la BFPME a consolidé sa contribution à cette deuxième édition en participant activement aux différentes phases de sélection des projets et en mobilisant ses chefs de bureaux régionaux et certains de ses cadres centraux sur l’ensemble du territoire », a indiqué Hamdi Kssiaa, directeur chargé de l’assistance, de l’identification et du développement à la BFPME. « Une assistance aux candidats par des cadres évaluateurs est également envisagée pour les aider à présenter des dossiers de qualité au comité de crédit de la banque » a-t-il ajouté.

Renforcement des capacités : un programme de formation riche, diversifié et interactif

Les 250 candidats sélectionnés au 1er tour ont bénéficié d’une formation intitulée « Build Your Business » (BYB), destinée à les doter des notions managériales de base pour mener à bien leurs projets. Les 20 ateliers de formation se sont déroulés du 25 septembre au 22 octobre 2014, et ont été assurés  par EFE dans 19 gouvernorats au sein des locaux des pépinières d’entreprises de l’APII. Ce programme BYB, qui a été élaboré en partenariat avec Microsoft, permet aux porteurs de projets qui n’en sont encore qu’au stade de l’idée, de maîtriser le processus de création d’une entreprise et d’élaborer un projet de plan d’affaires. Déployée sur 60 heures et 14 modules avec des exercices pratiques, la formation couvre les divers volets liés à la création d’entreprise et s’appuie sur 14 modules différents avec des exercices pratiques.

La directrice d’EFE Tunisie, Lamia Chaffai, souligne « un cycle de formation entrepreneurial solide et interactif, adapté aux besoins des entrepreneurs et au contexte Tunisien ». Et d’ajouter : « Ce programme permet aux candidats d’apprendre, entres autre, comment lancer et maintenir un projet ; développer une meilleure prise de conscience des capacités et limites de l’entrepreneur; comment procéder à une analyse de marché; et élaborer un projet de plan d’affaires ».

Dans le but de rapprocher les futurs entrepreneurs des acteurs clés de l’écosystème, une session a été prévue pour présenter les services offerts par la BFPME, la BTS et l’APII et donner aux candidats un aperçu de leurs procédures et exigences en matière de documents à fournir.

Venue de Seliana pour concourir à cette deuxième édition de Souk At-tanmia, Sondos Bannouri a été retenue pour son projet de recyclage des déchets des hôpitaux de sa ville : «  La formation m’a été très utile et m’a permis de développer mes compétences en management d’affaires, d’apprendre à structurer les couts, à développer une stratégie commerciale, à connaitre ma cible et mon marché tout en finalisant mon plan d’affaires ».

À la fin de la formation BYB, les candidats pourront soumettre leur plan d’affaires et les projets feront l’objet d’une sélection par le comité d’évaluation représentant tous les partenaires (dont les banques) et selon les critères de l'initiative. Les projets ayant obtenu les meilleurs scores à l'évaluation post-formation, bénéficieront d’un appui de « Coachs Souk At-tanmia » pour améliorer leurs business plans et les déposer auprès des institutions financières si besoin.

Lors de la phase finale, seuls les meilleurs projets seront retenus pour financement, avec des dons pouvant atteindre 50 000 TND par projet, outre un accompagnement de coaching et de mentorat durant plus de 12 mois, durant toute l’année 2015/2016.

Une campagne orchestrée par les acteurs de la société civile

Une campagne de dissémination nationale a accompagné la période de l’appel à candidatures du 30 avril au 30 juin 2014. Son objectif : susciter chez les jeunes Tunisiens en quête d’un avenir meilleur une dynamique d’espoir et les inciter à se lancer dans l’entrepreneuriat en postulant à Souk At-tanmia. Le dispositif de communication a été renforcé lors de cette 2e édition, afin d’attirer des candidatures à haute valeur ajoutée. Plus de 100 événements et autres sessions d’information et d’assistance ont été organisés dans les 24 gouvernorats et délégations du pays, impliquant plus de 30 associations locales formées à l’entreprenariat par le British Council et 27 Pépinières régionales du réseau national de l’APII.

Grâce aux efforts des partenaires en communication, des acteurs de la société civile et des médias, cette 2e édition a enregistré un taux de participation qui traduit l’engouement des jeunes Tunisiens pour l’entreprenariat, avec un total de 5 609 inscriptions, dont 1 419 projets soumis. Pour l’heure, 63 % des propositions soumises concernent des projets dans les zones les moins développées du pays, 32 % des porteurs de projets sont des femmes, 51 % sont des chômeurs et plus de 90 % ont moins de 35 ans.

À propos de Souk At-tanmia : lancé en juillet 2012, Souk At-tanmia est un Partenariat rassemblant la communauté des institutions de développement, les secteurs public et privé et la société civile tunisienne, qui entend lutter contre le problème du chômage en Tunisie.

Souk At-tanmia a pour objectif de créer de nouvelles opportunités à l’endroit des entrepreneurs mal desservis, en les aidant à créer leurs propres entreprises. Pour ce faire, le partenariat offre un soutien intégré, qui combine financement (sous forme de dons) et services d'accompagnement. Ce, afin de leur permettre de faire face aux contraintes financières et au manque de capacités que rencontrent les entrepreneurs tunisiens. À la suite de la phase pilote, couronnée de succès, une 2e édition a été lancée, le 30 avril 2014.

À propos des partenaires Souk At-tanmia : Banque africaine de développement (BAD), Banque de financement des petites et moyennes entreprises (BFPME), British Counci Tunisie, Banque tunisienne de solidarité (BTS), Centre des jeunes dirigeants d’entreprise (CJD), Confédération des entreprises citoyennes de la Tunisie (CONECT), gouvernement du Danemark, Département du développement international du Royaume-Uni (DFID), gouvernement des Etats-Unis d’Amérique, Education For Employment (EFE), Association des Tunisiens des grandes écoles (ATUGE), Microsoft Tunisie, Mediterranean School of Business (MSB), Organisation internationale pour les migrations (OIM), Organisation des Nations unies pour le développement industriel (ONUDI), Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), Talan Tunisie, Tunisie Place de Marché (TPM).

Collaborateurs et organismes associés : Agence de promotion de l’industrie et l’innovation (APII).