Technological Infrastructures and ICT Services: Africa Has Very Low Access Rate

26/05/2010
Share |

La plupart des pays africains affichent un taux d’accès aux services TIC extrêmement faible indique le Rapport sur les perspectives économiques de l’Afrique (PEA) 2010 publié le 24 mai 2010 à Abidjan, dans le cadre des Assemblées annuelles des Assemblées annuelles de la Banque africaine de développement (BAD).

«Les pays enclavés pauvres en ressources d’Afrique subsaharienne sont les moins attrayants : niveaux de revenu bien inférieurs aux autres régions, proportion de ruraux plus importante et niveaux d’éducation plus faibles qu’ailleurs, précise le document publié conjointement par la BAD et l’OCDE», ajoute PEA.

Le pays producteur de pétrole qu’est le Nigeria a renforcé sa domination, captant nettement plus de la moitié des investissements totaux dans les pays riches en ressources en 2007.

La contribution de l’Afrique du Sud dans la part des pays côtiers pauvres en ressources a diminué: alors qu’elle représentait 60 pour cent des investissements moyens entre 2000 et 2003, cette part est passée à 22 pour cent entre 2004 et 2007, poursuit PEA. Avec des revenus supérieurs et des populations rurales moins nombreuses, les pays d’Afrique du Nord ont représenté en moyenne 44 pour cent des investissements en Afrique entre 2004 et 2007.

Globalement, précise PEA, l’investissement privé a représenté en moyenne 1,3 pour cent du PIB de l’Afrique entre 2004 et 2007. En valeur absolue sur la période 2004-07, l’Afrique a bénéficié en moyenne de 11,5 milliards USD, derrière les pays de l’OCDE et l’Asie centrale (19 milliards USD) et l’Amérique latine et les Caraïbes (13,3 milliards USD), mais juste devant l’Asie du Sud (10,8 milliards USD). Les pays d’Asie de l’Est et du Pacifique sont à la traîne, avec 5,3 milliards USD.