Historique

Créé pour aider les efforts de développement en Afrique, le Groupe de la BAD comprend trois entités distinctes, regroupées sous une direction unique, à savoir son institution phare, la Banque africaine de développement (BAD), créée le 4 août 1963 à Khartoum (Soudan) par les 23 pays africains nouvellement indépendants, et deux guichets concessionnels, le Fonds africain de développement (FAD), créé le 29 novembre 1972 par la Banque africaine de développement et 13 pays non africains, et le Fonds spécial du Nigeria (FSN), créé en 1976 par le Gouvernement fédéral du Nigeria.

Suite à la session inaugurale du Conseil des Gouverneurs de la Banque, tenue du 4 au 7 novembre 1964, à Lagos au Nigeria, la Banque a ouvert son siège à Abidjan en Côte d’Ivoire en mars 1965 et lancé ses premiers projets le 1er juillet 1966. Depuis 2003, le Groupe de la BAD opère depuis son Agence temporaire de relocalisation (ATR) à Tunis, Tunisie.

Les pays membres   

Fin Novembre 2013, le nombre des pays membres du Groupe de la BAD était de 78, à savoir les 53 pays africains et 25 pays non africains. Pour être membre de la BAD, les États non régionaux doivent d'abord être membres du FAD.

Ressources

En dix-neuf ans, de 1963 à 1982, les ressources de la BAD sont passées d'un capital autorisé de 250 millions de dollars à 2,9 milliards de dollars. L'année suivante, l'entrée des pays non régionaux dans le capital, le 30 décembre 1982, portaient les ressources à 6,3 milliards de dollars et moins de cinq après, la Quatrième augmentation générale de capital, réalisée au Caire (Égypte) en juin 1987, résultait en une augmentation des ressources de 200 pour cent, pour atteindre 22,3 milliards de dollars. Lors de la Cinquième augmentation générale de capital achevée en 1998, qui représentait une augmentation de 35 pour cent du capital, le ratio de répartition des actions est passé à 60 pour cent pour les pays régionaux et à 40 pour les pays non régionaux.

En ce qui concerne le FAD, après des contributions initiales d'un montant de 101 millions de dollars, versées en 1974 par les 13 premiers États membres participants, le Fonds a connu onze reconstitutions générales, au rythme d'une reconstitution tous les trois ans. Le cycle actuel de reconstitution, pour la période 2008-2010, s'élève à 5,76 milliards d'UC (8,9 milliards de dollars) soit une augmentation record de 52 pour cent par rapport aux cycles précédents.  

Le Fonds spécial du Nigeria, pour sa part, a démarré ses opérations avec un capital de 80 millions de dollars en 1976 et a enregistré une reconstitution en 1981. Géré efficacement par la Banque, il atteint aujourd'hui 233,5 millions d'UC, soit environ 0,432 milliard de dollars.

La Banque a également joué un rôle essentiel dans la mise en place et la promotion d'autres institutions africaines de développement comme la Société africaine de réassurance AFRICA RE, la Société pour l’habitat et le logement territorial en Afrique (Shelter Afrique), l'Association des institutions africaines de financement du développement (AIAFD), la Fédération des consultants africains (FECA), le Fonds d'aide à l'élaboration de projet en Afrique (FDPA), la Société internationale financière pour les investissements et le développement en Afrique (SIFIDA), la Société de services de gestion pour l'Afrique (AMSCO), la Table ronde des affaires en Afrique (ABR), la Banque africaine d'import-export (AFREXIMBANK), la Fondation africaine pour le renforcement des capacités, l'Institut multilatéral d'Afrique, la Banque PTA, le Réseau pour l'environnement et le développement durable en Afrique (REDDA).

Par ailleurs, la Banque est un chef de file pour tout ce qui concerne le développement de l'infrastructure au sein du NEPAD. Elle est un guide respecté pour l'élaboration de normes bancaires et financières et elle est le partenaire stratégique du Mécanisme africain de revue par les pairs (APRM).