Conseils d'administration

En 2013, année riche en événements pour l’institution et ses clients, les administrateurs ont assuré la supervision et l’orientation stratégique du Groupe de la Banque. Ils ont adopté d’importants documents de politique et de stratégie, en particulier la Stratégie décennale pour la période 2013-2022. En outre, la Treizième reconstitution du FAD s’est conclue avec succès. Le suivi de l’exécution du budget, y compris sa revue à mi-parcours, a été un grand sujet de préoccupation, tout comme les débats sur le retour de la Banque à Abidjan.

Pour s’acquitter de leurs fonctions, les Conseils d’administration se sont appuyés sur sept comités spécialisés, dont le Comité plénier qui supervise le processus budgétaire. Ils ont eu de vastes consultations avec le Président des Conseils en séances informelles des Conseils, ainsi qu’avec les membres du personnel de la Banque à la faveur de séminaires formels présidés par le Président de la Banque. En 2013, les Conseils ont supervisé le travail du Bureau de l’Auditeur général, du Département de l’intégrité et de la lutte contre la corruption, du Département de l’évaluation des opérations, de l’Unité de vérification de la conformité et de médiation et du Tribunal administratif afin de s’assurer que l’institution respecte la limitation de pouvoirs et les principes de responsabilité. Ces unités organisationnelles travaillent en toute indépendance par rapport au reste de la Banque. Dans ce cadre, les Conseils ont supervisé les activités ci-après :

  • Gestion financière, comptabilité, gestion des risques, contrôle interne, passation de marchés, respect de l’intégrité et lutte contre la corruption ;
  • Sélection, rémunération, indépendance et performance des commissaires aux comptes du Groupe de la Banque ;
  • Processus d’information financière, y compris la structure du contrôle interne et les procédures d’établissement des états financiers de la Banque et de suivi de leur intégrité et fiabilité ;
  • Indépendance et efficacité des fonctions d’audit interne, d’intégrité et de sanctions du Groupe de la Banque ;
  • Orientation de la fonction d’évaluation au sein du Groupe de la Banque ;
  • Conformité aux meilleures pratiques d’acquisition des biens et travaux et des services de consultants, y compris les achats institutionnels.

Les Conseils d’administration ont également pris note du travail accompli par le Mécanisme indépendant d’inspection, qui s’assure que la Banque se conforme à ses propres politiques et procédures. L’heureux dénouement de certaines plaintes, évoqué au chapitre 5 concernant le travail de l’Unité de vérification de la conformité et de médiation, a été salué tant par les pays donateurs que par les pays bénéficiaires comme témoignage éloquent de la rigueur et de la transparence du processus.

Le suivi du processus budgétaire de l’institution tout au long de l’année a été l’une des fonctions essentielles de supervision. Lors de l’examen du Projet de plan triennal glissant et de budget 2014-2016, les Conseils ont donné des orientations sur la manière dont la Banque pourrait gagner en efficience sans que l’essentiel de ses activités s’en ressente. Les administrateurs ont également émis des observations et fourni des conseils pour l’affinement de la structure organisationnelle de la Banque en vue d’accompagner la mise en oeuvre de la Stratégie décennale. Ils ont fait valoir que la transformation structurelle de l’Afrique exigeait de la Banque qu’elle renforce d'avantage sa capacité d’exécution.

Plus de la moitié des membres des Conseils d’administration sont arrivés en fin de mandat en 2013 et ont été remplacés par de nouveaux membres à la suite de l’élection générale des administrateurs par les Conseils des gouverneurs lors des Assemblées annuelles de Marrakech.

Principales tâches des Conseils d’administration en 2013

Les Conseils se sont réunis en janvier 2013 pour examiner le programme de travail de l’année. Le président des Conseils a présenté cinq tâches principales :

  • Poursuite de la mise en oeuvre de la Feuille de route de la décentralisation – Durant l’année, la Banque a enregistré des progrès notables, notamment la fusion des départements régionaux, la consolidation des centres de ressources et la création du Bureau national du Nigeria ;
  • Approbation par les Conseils des gouverneurs du retour de la Banque à son siège à Abidjan – La décision formelle a été prise et les dates préliminaires de départ du personnel pour Abidjan étant fixées pour avant la fin de 2013 ;
  • Reconstitution du FAD, dont l’issue s’annonçait assez délicate en raison de la conjoncture économique mondiale difficile – Sa conclusion en septembre s’est révélée plus satisfaisante qu’on ne l’avait craint initialement ;
  • Approbation et mise en oeuvre de la Stratégie décennale – Elle a été approuvée en bonne et due forme au cours de l’année ;
  • Organisation des Assemblées annuelles – Elles se sont tenues avec succès en mai/juin à Marrakech, au Maroc.

A propos

Banque africaine de développement (BAD)

Le Conseil d'administration de la Banque africaine de développement (BAD) est composé de 20 membres qui ne sont ni gouverneurs, ni gouverneurs suppléants. Treize membres sont élus par les gouverneurs des pays membres régionaux et sept par les gouverneurs des pays membres non régionaux.

Les administrateurs sont élus pour une période de trois ans renouvelable une fois. Chaque administrateur nomme un suppléant, mais aucun suppléant – excepté celui représentant les États-Unis – ne peut être de la même nationalité que son administrateur.

Les membres du Conseil d'administration sont chargés de la conduite des opérations générales de la Banque. À ce titre, ils exercent les pouvoirs prévus par les dispositions de l'Accord et tout autre pouvoir qui pourra leur être délégué, de temps à autre, par le Conseil des gouverneurs. Les membres du Conseil d'administration résident au siège de la Banque et se réunissent aussi souvent que l'exige le travail de la Banque. Les suppléants peuvent être invités à assister aux réunions du Conseil.

Par ailleurs, le Conseil a créé une série de comités permanents. Ceux-ci ont pour objet d'examiner et de discuter les documents de politique et de programme dont ils sont saisis, en vue de faire des recommandations utiles au Conseil. Ces comités sont les suivants :

  • le Comité des affaires administratives et des politiques en matière de ressources humaines ;
  • le Comité d'audit et des finances ;
  • le Comité des opérations et pour l'efficacité du développement ;
  • le Comité des affaires administratives concernant le Conseil d'administration ;
  • le Comité plénier du budget.

Fonds africain de développement (FAD)

Le Conseil d'administration du Fonds africain de développement (FAD) se compose de quatorze administrateurs. Les États participants choisissent sept administrateurs et sept administrateurs suppléants. La Banque africaine de développement (BAD) désigne sept administrateurs et leurs suppléants parmi les membres du Conseil d'administration de la Banque.

Le Conseil d'administration invite les autres administrateurs de la Banque et leurs suppléants à assister aux séances du Conseil d'administration du Fonds, en qualité d'observateurs. Tout administrateur de la Banque ainsi invité ou – en son absence, son suppléant – peut participer à la discussion de toute proposition de projet conçue dans l'intérêt du pays qu'il représente au Conseil d'administration de la Banque.

Le mandat des administrateurs choisis par les États participants est de trois ans renouvelable une fois, mais il prend fin lorsqu’une augmentation générale des souscriptions entre en vigueur.

Si un poste d'administrateur devient vacant avant l'expiration du mandat de son titulaire, il est pourvu par un nouvel administrateur choisi par l'État participant (ou les États participants) pour le(s)quel(s) son prédécesseur était habilité à voter. Le nouvel administrateur reste en fonction pour la durée du mandat de son prédécesseur restant à courir.

Fonds spécial du Nigeria (FSN)

La Banque africaine de développement (BAD) administre le Fonds par délégation, en utilisant son organisation, ses services, ses installations, son personnel ainsi que tous autres experts ou consultants jugés nécessaires.

Dans la gestion du Fonds, elle consulte régulièrement le gouverneur de la Banque représentant le Nigeria et s'assure de son accord sur la réserve de projets.

Chaque prêt ou autre forme de financement consenti sur les ressources du Fonds est approuvé par le Conseil d'administration de la Banque, conformément à la procédure de vote définie dans l'Accord portant création de la Banque africaine de développement concernant ses opérations ordinaires.