Mandat de l'OFSU

L’Unité des États fragiles (OFSU) assure la coordination de la mise en oeuvre de la Stratégie du Groupe de la Banque pour les États fragiles à l’échelle de la Banque, ainsi que l’administration de la FEF.

Plus spécifiquement, l’Unité :

  • Préparer des directives, manuels et modèles sur tout un éventail de questions opérationnelles pour faciliter la mise en oeuvre efficace et harmonieuse, par le personnel, de la stratégie d’engagement de la Banque dans les différentes catégories d’États fragiles ;
  • Collaborer efficacement avec les complexes des opérations et le Bureau de l’Économiste en chef, les départements régionaux, les équipes pays et les départements sectoriels, afin de s’assurer que les meilleures politiques, pratiques et procédures de mise en oeuvre sont intégrées dans tous les documents de programmation pays et d’évaluation concernant les États membres régionaux fragiles ;
  • Jouer le rôle de chef de file, à l’échelle de la Banque, dans la collaboration, la coordination, l’harmonisation et l’alignement des cadres politiques et des procédures et pratiques de la Banque sur ceux des agences et institutions partenaires intervenant dans les États fragiles en Afrique ;
  • Concevoir et participer à la gestion des instruments financiers nécessaires pour intensifier les apports d’aide au développement aux États fragiles ;
  • Apporter son concours à la préparation des programmes pertinents de formation du personnel visant à renforcer les capacités de la Banque à mettre activement en oeuvre ses programmes dans les États fragiles.
  • Diffuser le savoir et les compétences concernant l’engagement efficace dans les États fragiles (formation à l’analyse des questions et défis de développement complexes communs aux États fragiles), par exemple les mutations rapides des contextes politique, économique et social ; la capacité limitée ou inexistante des pouvoirs publics à élaborer et à mettre en oeuvre des politiques ; et les pires formes de recherche d’avantages personnels ;
  • Conseiller la Direction sur les réformes institutionnelles nécessaires pour mieux aligner la structure actuelle des incitations en faveur du personnel sur l’environnement de travail difficile et demandant dans les États fragiles d’Afrique ;
  • Tirer des enseignements appropriés et transversaux susceptibles de guider à tous égards l’action et les politiques futures de la Banque dans les États fragiles d’Afrique, étant entendu que la collaboration avec les département de la recherche, de la gouvernance et des opérations est indispensable pour la conduite des EES ;
  • Assurer, à l’échelle de la Banque, la coordination des réponses aux demandes externes d’information sur les questions relatives aux États membres régionaux fragiles ;
  • Collaborer avec les organisations régionales et non régionales pour faciliter le dialogue visant à éviter que les États ne sombrent dans la fragilité dont la définition large inclut l’effondrement des systèmes économiques, politiques et sécuritaires d’un pays ;
  • Apporter son concours aux efforts visant à renforcer le rôle de la Banque en matière de plaidoyer et à mieux faire entendre la voix de la Banque sur les questions concernant la fragilité des États, la réduction de la pauvreté et le sous-développement en Afrique ;
  • Faciliter l’établissement de partenariats stratégiques solides pour les politiques et les questions opérationnelles avec les principales institutions et agences de développement intervenant dans les États fragiles ;
  • Organiser des consultations, séminaires, ateliers et tables rondes mondiaux et régionaux avec les partenaires sur les questions et défis contemporains émergents dans des États membres régionaux spécifiques ; et
  • Représenter efficacement la Banque dans les conférences nationales, régionales et mondiales, ainsi que dans les ateliers et séminaires de formation consacrés aux questions relatives à la fragilité des États, à la pauvreté et au sous-développement.