Évaluation indépendante du développement (IDEV)

IDEV logo

A Propos

Évaluation indépendante du développement (IDEV par acronyme en anglais) est une unité indépendante, qui a pour mission d’améliorer l’efficacité des activités de développement que la Banque mène dans ses pays membres régionaux, grâce à :

  • des évaluations indépendantes et pertinentes ;
  • une supervision des processus et produits d’autoévaluation ;
  • un engagement proactif dans les partenariats d'évaluation et les activités de partage des connaissances

L’Évaluation indépendante du développement (IDEV) a trois objectifs :

  • contribuer à améliorer l’apprentissage ;
  • asseoir une base pour garantir l’obligation de rendre compte ;
  • promouvoir une culture de l’évaluation au sein de la Banque et dans les pays membres régionaux.

Activités d’évaluation

IDEV procède à l’évaluation des projets achevés, des opérations d’assistance aux pays, ainsi qu’à une revue des politiques sectorielles, des processus opérationnels et d’autres études pertinentes relatives aux politiques, aux opérations et aux résultats de la Banque. En outre, le Département est chargé de superviser l’ensemble du système d’évaluation de la Banque, tout en assurant la communication – interne et extérieure – des constats et des retours d’expériences, ainsi que la promotion du développement des capacités d’évaluation.

Leçons retenues

Les évaluations d’IDEV génèrent des enseignements indispensables aux projets futurs. Elles mettent en exergue les facteurs qui se sont avérés déterminants pour le succès des projets dans différents secteurs (infrastructures ou eau, par exemple), diverses thématiques (pauvreté ou santé, par ex.), dans les régions (projets transnationaux) ou les pays. Les retours d’expérience permettent également d’identifier les obstacles qui, le plus souvent, entravent les résultats, tout en mettant en lumière les domaines pour lesquels porter une attention particulière à la conception et à la mise en œuvre des programmes aurait un impact des plus positifs.

Indépendance

IDEV jouit d’une indépendance aux plans organisationnel et opérationnel. À l’abri de toute influence et pression extérieures, IDEV s’attache à éviter tout conflit d’intérêts. L’évaluateur général rend compte directement au Conseil d’administration de la BAD, par le biais de son Comité des opérations et de l'efficacité du développement (CODE, pour “Committee on Operations and Development Effectiveness” en anglais). CODE assure la supervision des travaux d’IDEV, valide son plan de travail  et le budget requis pour sa production et recommande leur approbation par le Conseil d’administration, et veille à ce que son budget soit sécurisé et à l’abri de l’influence de la direction.

L’historique

Un héritage de plus de 25 ans d’évaluation

À la Banque africaine de développement, l’évaluation date de 1977. Cependant, la première unité d’évaluation n’a vu le jour qu’en 1980, lorsqu’une division spéciale a été créée au sein du Département de la recherche et de la planification de la Banque.

Bref historique de l’évaluation à la BAD

  • 1980 : Mise en place de la première unité d’évaluation.
  • 1987 : L’unité devient Bureau de l’évaluation des opérations, qui relève du président de la BAD.
  • 1993 : Le Conseil d’administration supervise la fonction d’évaluation par le biais du Comité général d’audit.
  • 1995 : Le Bureau de l’évaluation des opérations est érigé en Département.
  • 1996 : Le Département de l’évaluation des opérations est placé sous l’autorité du Comité des opérations et de l'efficacité du développement (CODE), nouvellement créé.
  • 2002 : La fonction du Département de l’évaluation des opérations est révisée, et une directive du président de la BAD est émise, qui définit le mandat du Département.
  • 2007 : Le Conseil d’administration approuve la politique d’évaluation indépendante et les responsabilités opérationnelles du Département de l’évaluation.
  • 2012 : OPEV entreprend une autoévaluation, qui sert de base à l’élaboration d’une politique révisée en matière d’évaluation indépendante et d’une nouvelle Stratégie d’évaluation indépendante et qui éclaire le programme de travail glissant pour 2013-2015.
  • 2014: Le Département de l'évaluation des opérations (OPEV) est rebaptisé Évaluation indépendante du développement (“IDEV”, par acronyme en anglais).

Approche

Conformément à notre programme de travail approuvé, nous appliquons habituellement un processus qui s’articule en quatre volets :

1. Document d’orientation

Le “Document d’orientation” (parfois dénommé aussi “Document de conception” ou “Document de synthèse”) vise à identifier et conceptualiser l’objectif de l’étude d’évaluation, et à indiquer de quelle(s) manière(s) les résultats seront diffusés. Ce document est communiqué à toutes les parties concernées pour observations.

Le Document d’orientation précise les enjeux, le thème principal et les résultats escomptés, les questions clés et les méthodes d’évaluation, ainsi que les méthodes de recueil des données et les sources d’information. Il comporte également le calendrier d’activités proposé, les besoins en ressources et un plan de communication et de diffusion des conclusions et des recommandations.

Le Document d’orientation est envoyé pour observations à toutes les parties impliquées dans l’évaluation, et publié en accès libre sur le site Internet de la BAD. Cela contribue à rendre le processus d’évaluation transparent aux yeux des différents acteurs, et facilite la coordination de leurs contributions et de leur participation, conformément à un échéancier pragmatique.

2. Processus d’évaluation

En sa qualité d’unité indépendante, IDEV a libre accès aux documents et aux informations dont il a besoin, et le personnel des opérations coopère activement au processus d’évaluation.

Pour améliorer la qualité et la crédibilité des rapports d’évaluation, un processus d’évaluation par les pairs est appliqué dès la conception de l’évaluation, et prolongé tout au long de la préparation et du compte-rendu. Dans certains cas, IDEV fait appel à des consultants, notamment dans les domaines où il manque d’expertise ou de capacités suffisantes, ou lorsqu’il est nécessaire de recourir à des méthodes et des approches d’évaluation innovantes. Voire, selon la nature des projets, à des évaluateurs externes, ou à la démarche de revue des pairs (“Peer review” en anglais), ou à des examinateurs indépendants.

3. Mission d’évaluation sur le terrain

Les missions sur le terrain contribuent à garantir la qualité et l’impartialité des arguments utilisés pendant l’évaluation. Elles recourent souvent à des méthodes participatives, qui favorisent la prise en compte des points de vue des bénéficiaires finaux de chacun des projets.

Un recoupement et une validation des données sont effectués pour comparer les informations réunies avec l’opinion des informateurs clés, et les informations provenant de sources secondaires. Les missions d’évaluation présentent et examinent un “Rapport de retour de mission”, contenant les conclusions préliminaires de la mission sur le terrain, afin de vérifier leur exactitude et leur pertinence avec les participants à l’évaluation et les partenaires au développement.

4. Rapport d’évaluation

IDEV communique les rapports préliminaires à la direction de la Banque et aux autorités des pays récipiendaires, aux organes d’exécution et aux co-financiers, avant de publier ses conclusions. Nos derniers rapports d’évaluation peuvent être consultés dans cette section.

Notre section “Rapports d’évaluation” peut être explorée en fonction du type de projet, du pays, du secteur et de la politique, de façon à offrir aux professionnels, au personnel d’évaluation, à la Banque, ainsi qu’à ses partenaires et parties prenantes, une source inestimable de connaissances tirées des évaluations.