Réactions des participants

Les participants à la Conférence économique africaine, organisée conjointement par la Banque africaine de développement et la Commission des Nations Unies pour l’Afrique du 15 au 17 novembre 2007, s’accordent à reconnaître l’importance de rassembler les décideurs et les chercheurs, même si certains relèvent çà et là quelques points à améliorer pour la prochaine édition.

 

Mamodou Ceesay, Conseiller au bureau du gouverneur de la banque centrale de la Gambie

La réunion est, sans doute, très importante non seulement du fait qu’elle soit un suivi à la réunion de l’année dernière à Tunis, elle est également un reflet de la complexité du développement du continent qui constitue un processus qui mérite une accélération dans la poursuite de l’efficacité et de la croissance. Il s’agit d’une reconnaissance des faits et, par conséquent, le besoin de ramener sur la table, d’une manière cohérente, les questions difficiles et complexes auxquelles le continent fait face afin de trouver des solutions.

 

Victor Imboua Niava, Directeur Exécutif, Symposia Consult, Ghana

En tant qu’interprète, j’ai déjà participé à plusieurs conférences de haut niveau. Celle-ci vient à point nommé, à un moment crucial où le continent a besoin de la contribution intellectuelle de tous ses fils pour la sortir de la pauvreté. L’organisation de cette conférence représente pour nous, intellectuels africains, une opportunité unique pour discuter des problèmes économiques de notre continent. Il est temps pour l’Afrique de décoller, parce qu’elle dispose des ressources nécessaires pour améliorer son économie. Les intervenants ont parlé de la renaissance de l’Afrique et de son intégration économique. Il faudra surtout mettre l’accent sur le commerce intra africain, l’alphabétisation des masses, la formation professionnelle, les infrastructures et la santé.

Olivier Mahan, Economiste, BAD

La Conférence économique pour l’Afrique est une opportunité unique de faire croiser les économistes praticiens et des chercheurs travaillant sur l’Afrique. Cependant, cette rencontre doit être pérennisée en se concentrant sur les contributions opérationnelles et faire émerger les thèmes très forts et déterminants pour le développement, notamment le processus d’opérationnalisation des DSRP après tant d’années. L’autre question est de savoir quelle est la place de la structuration des biens publics dans le développement de notre continent?

René Samba, CERAPE (Centre de recherches, d’études et d’analyse sur les politiques économiques), Brazzaville, Congo La conférence économique est d’un intérêt capital pour nos pays dans la mesure où elle permet les échanges de vues d’économistes, de chercheurs et de décideurs pour trouver les voies et moyens d’accroître la croissance, de lutter contre la pauvreté rampante en Afrique et de promouvoir le développement durable du continent.

 

Serges Maurice Pambou, directeur de cabinet, Ministère de l’économie, des finances, du budget et de la privatisation, Gabon

Cette conférence est très intéressante. Elle va poser les véritables problèmes et proposer des solutions pour le développement économique du continent. Les intellectuels, décideurs et économistes africains doivent se parler franchement pour chercher à guérir le continent.

Jacques Junior Schule, Rédacteur en chef, Finance Eco, Cameroun

L’objectif de la conférence est louable. Mais il faut très vite mettre en œuvre les résolutions et évaluer leurs impacts.

Boty Bi Eugène, BCEAO, Abidjan

Pour une première journée, il me semble encore trop tôt de faire des observations significatives sur le fond. C’est pourquoi ma principale observation porte sur l’accueil qui ne semblait pas bien organisée, notamment en matière d’information des participants, surtout francophones.

 

Francois Wandora, chef de service des études et des statistiques, Burkina Faso L’organisation de cette conférence est une bonne initiative car elle permet l’échange d’expérience. Le temps consacre aux présentations et aux discussions nous semble limite et ne permet pas de les approfondir.

Contact: Aristide Ahouassou, Bad, a.ahouassou@afdb.orga.ahouassou@afdb.org

Documents