L'aide et la pauvreté en Afrique. Les mesures de bien-être sous estiment-elles le progrès?

Yélé Maweki Batana

Au cours des 15 dernières années, les bailleurs de fonds internationaux en Afrique ont tournee radicalement leur attention vers la santé et l'éducation; la part de l'appui au secteur social dans l'aide totale est passée de 33% à 60% de 1990-94 à 2000-04 seulement.

Si cette aide a été efficace, son impact ne sera pas perceptible au niveau du PIB ou des données sur la pauvreté. Ce document utilise les enquêtes démographiques et sanitaires à différentes périodes pour dix pays d’Afrique subsaharienne afin d’examiner les changements du bien-être au fil du temps dans la région. Nous comparons l'évolution des biens et de la santé, considérés comme les deux dimensions du bien-être. Ces dimensions sont simultanément estimées en utilisant les modèles d'équations structurelles, avec variables latentes, qui ont été développées dans la littérature psychométrique. Les comparaisons de bien-être à travers le temps dans chaque pays sont basées sur l'analyse de dominance stochastique. Les principaux résultats indiquent que les biens et la santé ont été améliorés au cours des deux dernières décennies dans la plupart de ces pays. Une baisse des biens est observée pour trois pays, alors que la santé se détériore dans deux pays. Dans la plupart des cas, il ne semble pas que La réduction de la pauvreté puisse être expliquée par l'aide seulement, car d'autres facteurs macroéconomiques jouent un rôle important

Documents