Migration et transfert de compétences et de connaissances en Afrique subsaharienne: Conséquences de la crise financière actuelle

Yaw Nyarko

L’argument développé ici  est que l’une des conséquences négatives cachées de la crise financière actuelle sur les économies africaines à trait au fait que les africains auront moins de possibilités d’acquérir des connaissances à l’étranger. Ce document commence par noter que la circulation des cerveaux, autrement dit le départ des africains à l’étranger pour se former et se perfectionner avant de retourner dans leur pays, est potentiellement bénéfique pour de nombreux pays d’Afrique subsaharienne. S’ensuit une analyse des législations actuelles et probablement à venir dans le monde occidental, notamment dans l’Union européenne et aux États-Unis, à la lumière de l’acquisition de compétences et de connaissances par les migrants qui retournent dans leur pays d’origine.

Enfin, le document souligne que l’un des effets négatifs possibles de la crise financière serait l’interruption de ce flux de compétences et de connaissances. Des données chiffrées sont fournies sur les mouvements en question.

Documents