La crise financière mondiale et le ralentissement des flux de capitaux et de la croissance économique au Rwanda et au Burundi

Les effets de la crise financière mondiale sur le secteur de l’économie réelle sont de plus en plus visibles. Les pays africains sont particulièrement touchés par la baisse des exportations, des transferts financiers, des IDE et des flux de l’aide. S’il est vrai que les effets de la crise financière mondiale devraient être moins graves et se manifester avec un certain retard dans les pays en développement, il n’en demeure pas moins que ces derniers sont vulnérables à un certain nombre de conséquences de la récession mondiale, notamment la réduction des investissements directs étrangers (IDE) et des flux de l’aide, ainsi que la faiblesse des systèmes financiers. La vulnérabilité viendra probablement de la dépendance à l’égard de l’étranger pour les produits homogènes, des contraintes liées au financement extérieur et de la faiblesse de leur balance des paiements ;

Ce document analyse le lien controversé entre les flux de capitaux et la croissance économique au Rwanda et au Burundi. Nous examinons plus précisément les effets de la crise financière mondiale sur les IDE dans ces deux pays, ainsi que leurs conséquences probables sur la croissance économique. L’examen de la relation ancienne entre les trois types de flux de capitaux, à savoir, les IDE, les transferts de salaires et autres transferts privés durant la période 1998-2008 montre que les IDE n’ont guère d’effets sur la croissance économique.

Documents