Un chemin vers la prospérité mutuelle? Le commerce et l'investissement entre la Chine et l'Afrique

Xiao Ye, Banque mondiale

L’explosion des activités commerciales entre la Chine et l’Afrique a donné lieu à de vifs débats internationaux sur les répercussions de cette nouvelle donne spectaculaire, certains indiquant notamment que la Chine est en train de répéter l’histoire du colonialisme axé sur l’exploration des riches ressources naturelles de l’Afrique, et d’autres soulignant que le commerce entre la Chine et l’Afrique permet au continent d’accéder aux capitaux et à la technologie appropriée dont il a tant besoin pour son développement. Comparant la structure des échanges entre la Chine et l’Afrique avec la structure des échanges entre la Chine et d’autres régions, le document a conclu que les relations commerciales et d’investissement entre la Chine et l’Afrique sont clairement déterminées par les avantages comparatifs offerts dans le cadre de la mondialisation, à l’instar des relations commerciales entre la Chine et le Brésil, le Canada et la Russie. Dès lors, la question est de savoir comment l’Afrique peut tirer parti de ses relations avec la Chine pour entrer sur l’énorme marché chinois avec des produits de base à valeur ajoutée. Dans la mesure où la Chine s’efforcer de grimper sur l’échelle de valeur du marché international, les relations seront mutuellement bénéfiques si la Chine aide l’Afrique à réaliser une industrialisation au profit de la majorité de la population africaine. Cependant, l’Afrique doit jouer un rôle dominant et insister sur la part qui lui revient à juste titre dans ses relations commerciales et d’investissement avec la Chine et les économies émergentes, ainsi que les pays développés.