Analyse de la croissance en faveur des pauvres en Afrique australe : Leçons de Maurice et d'Afrique du Sud

Jean-Yves Duclos, University Laval et Audrey Verdier-Chouchane

En s’appuyant sur la méthodologie de Ravallion et Chen (2003), Kakwani et Pernia (2000) et Kakwani, Khandker et Son (2003) et à l’aide des données de l’enquête sur les ménages, nous analysons la pauvreté, les inégalités et les changements en faveur des pauvres en Afrique du Sud sur la période 1995-2005 et à l’Ile Maurice sur la période 2001-2006. Les conditions sont très différentes dans ces deux pays. L’Afrique du Sud est l’un des pays les plus inégalitaires du monde en développement, alors que les inégalités à l’Ile Maurice sont relativement faibles en comparaison avec d’autres pays africains. De même, en prenant un seuil de référence de 3 dollars US par jour, nous trouvons que le taux de pauvreté se situait initialement autour de 42 % en Afrique du Sud et de 6 % à l’Ile Maurice. De plus, outre ces différences initiales, les deux pays ont connu des croissances en faveur des pauvres très différentes. Des différences temporelles révèlent que les inégalités ont augmenté de manière significative en Afrique du Sud au cours de la période étudiée et que le taux de pauvreté en 2005 aurait été près de dix points inférieur sans cet effet de redistribution fortement négatif. Relativement parlant, la croissance sud-africaine a été défavorable aux pauvres. Inversement, la croissance s’est avérée très favorable aux pauvres à l’Ile Maurice sur la période 2001-2006. Une analyse plus approfondie est menée en fonction des zones d’habitation (urbaines et rurales), des réussites scolaires (un certain niveau scolaire par rapport à un niveau scolaire non existant) et du genre. Une comparaison entre l’Ile Maurice et l’Afrique du Sud permet de mieux appréhender les effets de la croissance et ceux de la redistribution sur la pauvreté et de formuler quelques recommandations politiques visant à réduire la pauvreté dans ces pays.