Réduction de la dette externe et croissance économique des pays africains à faibles revenus

Samir Abdelhafidh, Université de Sousse

Nous examinons dans le cadre de cet article l’effet de la réduction de la dette extérieure sur la croissance économique dans un échantillon de 26 pays africains à faible revenu durant la période 1989-2008. Les données sont de panel et nous employons des spécifications déduites des travaux portant sur les déterminants de la croissance. Nous distinguons entre les effets liés aux annulations et remises des dettes et les effets liés à d’autres instruments de réduction. Aussi, nous tenons compte de l’interaction de ces effets avec le poids de la dette. Pour tenir compte des problèmes potentiels d’endogeneité des variables explicatives, la technique des GMM en système a été utilisée. Nos résultats réussissent à détecter des effets significatifs de la réduction de la dette sur la croissance. Ils ne concernent toutefois que les réductions à travers des annulations et ne sont positifs que lorsque la dette dépasse les 408.53% du PIB. Ils montrent aussi que le surendettement ne se trouve résolu que lorsque le montant de cette forme d’allégement est supérieur à 6,67% du PIB. Ce sont des seuils qui n’ont été observés dans aucun pays de l’échantillon et qui semblent très difficile à atteindre dans le contexte actuel.