Informalité et productivité en Afrique de l'Ouest : Analyse au niveau des entreprises

Nancy C. Benjamin, Banque Mondiale et Ahmadou Aly Mbaye, Université Cheikh Anta Diop

Dans cette étude, nous analysons la relation entre le secteur informel et la productivité en Afrique de l’Ouest, à l’aide de données collectées auprès de 900 entreprises formelles et informelles dans les capitales du Bénin, du Burkina Faso et du Sénégal. Dans notre plan d’échantillonnage, nous avons évité la définition étroite d’informalité en tant que petite entreprise individuelle ou familiale et y avons donc inclus les grandes entreprises informelles. Nos résultats confirment l’hétérogénéité du secteur informel et l’importance des grandes entreprises informelles en Afrique de l’Ouest. De manière spécifique, ils confirment qu’il est important de faire la distinction entre ces grandes entreprises et les petites entreprises informelles lorsqu’on décrit le comportement et que l’on identifie les obstacles dans le climat d’investissement. L’écart de productivité entre les entreprises formelles et informelles s’avère important pour les petites entreprises informelles, mais beaucoup plus faible pour les grandes entreprises. Les facteurs identifiés comme contribuant à cet écart comprennent un certain nombre de manquements au niveau de l’État à fournir des services publics et à faire appliquer les réglementations de manière plus systématique.