Cadres de politique monétaire post-crise en Afrique sub-saharienne

Louis Kasekende et Martin Brownbridge, Bank of Uganda

La plupart des cadres de politique monétaire utilisant un point d'ancrage intérieur pour la politique monétaire en Afrique sub-saharienne emploient des objectifs monétaires quantitatifs. Bien que ces cadres se soient révélés utiles pour réduire l'inflation en Afrique sub-saharienne, ils n'étaient pas adaptés pour permettre le calibrage discrétionnaire de la politique monétaire nécessaire en réponse à la crise économique mondiale. Les cadres de politique monétaire doivent subir des réformes dans la période d’après crise, en particulier sur les "marchés frontières" de l'Afrique sub-saharienne, où le besoin d’une gestion active de la demande augmentera avec le développement économique et l'intégration des secteurs financiers nationaux aux marchés mondiaux. Les réformes doivent inclure l'adoption d'un ensemble plus large d'objectifs politiques outre l'inflation, en remplaçant la monnaie au sens large comme objectif intermédiaire par un ensemble plus sophistiqué d’indicateurs et de prévisions et en réformant la cible d'exploitation. Ceci doit être complété par des mesures visant à renforcer le mécanisme de transmission de la politique monétaire.