Efficacité du ciblage des transferts sociaux en espèces dans trois pays africains

Sudhanshu Handa, Carolyn Huang, University of North Carolina, Nicola Hypher, Save the Children, Clarissa Texeira, Fabio Veras, International Poverty Center et Benjamin Davis, UNICEF

Les transferts sociaux sont de plus en plus considérés en Afrique de l’Est et australe comme un outil essentiel dans le combat contre la triple menace constituée par la pauvreté, la faim et le VIH/Sida. Suite à l’apparition des crises financière, alimentaire et énergétique mondiales, les appels en faveur de l’accélération de ce type de programme se font plus pressants, dans le but d’assurer la protection des pauvres et de promouvoir le capital humain des enfants. Au fur et à mesure que les programmes prennent de l’ampleur, un certain nombre de problèmes de conception et de mise en œuvre ont commencé à dominer le débat politique, et un thème en particulier concerne la sélection, qui apparaît comme un problème litigieux dans l’élaboration de programmes dans la région. Diverses approches sont utilisées dans la région, allant des retraites vieillesse universelles, aux allocations familiales en fonction des revenus, en passant par divers programmes communautaires ciblant la pauvreté, les orphelins et enfants vulnérables. Pour aider à mieux comprendre certaines des diverses approches de sélection en cours dans la région ainsi que leur efficacité, ce document examine trois programmes de transfert de fonds au Kenya, au Malawi et au Mozambique. Les trois pays emploient des mécanismes de sélection axés sur la communauté ; chaque pays cependant cible différents types de ménages et utilise différentes méthodologies. Cette étude combine l’analyse descriptive du processus de sélection et l’analyse qualitative, comparant les caractéristiques des ménages bénéficiaires provenant d’études d’évaluation initiale des programmes avec les caractéristiques des ménages pauvres provenant d’enquêtes nationales sur les ménages. Cette étude utilise des mesures monétaires, multidimensionnelles et axées sur les actifs pour comparer l’efficacité de la méthode de sélection des programmes ayant recours à des mesures contre la pauvreté économique par rapport à des mesures multidimensionnelles. Elle évalue ensuite ces mesures d’efficacité à la lumière des objectifs du programme et des populations bénéficiaires ciblées et explore les implications politiques des différentes approches de sélection.