Contexte

L’un des défis majeurs qui se pose au continent africain aujourd'hui et qui continuera encore de se poser pendant de nombreuses années est l'impact des changements climatiques et la transition vers une «économie verte». Bien que sa responsabilité dans les changements climatiques enregistrés dans le monde soit la plus faible, l’Afrique reste le continent le plus vulnérable aux effets néfastes de ce phénomène.

Aujourd'hui, les pays africains sont à un tournant décisif de leur évolution vers le développement. Face aux défis internes liés à la réduction de la pauvreté et à la lutte contre le chômage, la base des ressources de nombreux secteurs de production est mise en péril par les menaces que font planer les dommages environnementaux tels que la déforestation, l'érosion des sols, la désertification, la perte de la biodiversité et les effets des changements climatiques.

Comme dans d'autres régions du monde, les pays africains veulent saisir cette occasion pour définir de nouvelles stratégies et politiques qui réorientent les investissements vers les secteurs économiques susceptibles de stimuler la croissance verte, créer des emplois et améliorer les conditions de vie.

Compte tenu des énormes possibilités qui existent pour la création d’une économie verte en Afrique, et vu les défis auxquels sont confrontés les pays africains dans des domaines essentiels tels que l'agriculture et l'énergie, la sixième édition de la Conférence économique africaine sera consacrée à "l'économie verte et la transformation structurelle en Afrique ". Conjointement organisée par la Commission économique des Nations Unies pour l'Afrique (CEA), la Banque africaine de développement (BAD) et l'Organisation des Nations Unies pour le développement (PNUD), cette conférence se tiendra à Addis-Abeba (Ethiopie), du 25 au 28 octobre 2011. Elle devrait réunir des experts, des intellectuels et des partenaires au développement qui examineront les nouvelles possibilités qu’offre une économie verte en Afrique et les défis y afférents.

Le saviez-vous

D’ici à 2020, dans certains pays, les récoltes issues de l’agriculture pluviale pourraient connaître une baisse allant jusqu’à 50%

Savoir plus