Atelier sur les marchés financiers africains : « Émission de dette souveraine : choisir l’option nationale ou internationale ? »

Date : Lundi 25 mai 2010
Salle : Casino, Salle Ivoire I
Heure : 14 h 30 à 16 h 30


Actualités, papiers, communiqués de presse

Modérateur

  • M. Pierre VAN PETEGHEM, Trésorier de la BAD

Intervenants

  • M. Serge ENAME NSOLET, Directeur Général de la Comptabilité Publique, ministère du Budget, des Comptes Publics et de la Fonction Publique chargé de la Réforme de l’État, Gabon
  • Mme YvonneQUANSAH, Directeur de la division Secteur financier, ministère des Finances et de la Planification économique, Ghana
  • M. Mamadou SARR, Directeur de la Comptabilité Publique et du Trésor,ministère des Finances du Sénégal
  • M. Dan BERMAN, Directeur exécutif, JP MORGAN CHASE
  • M. Jackson KITILI, Directeur, Département de la gestion de la dette et des opérationsmonétaires, Banque Centrale du Kenya (à confirmer)

Plusieurs pays africains ont eu recours aux marchés financiers internationaux avant et pendant la  récente crise économique et financière mondiale. D’autres préparent activement des émissions d’euro-obligations, en particulier en raison du regain d’intérêt des investisseurs pour le risque sur les marchés émergents au lendemain de la crise. Cette crise a mis en évidence la nécessité pour toutes les catégories d’emprunteurs de diversifier et optimiser les activités de mobilisation de fonds. Cette nécessité est encore plus impérieuse pour plusieurs pays africains confrontés aux contraintes de la viabilité de la dette après des opérations massives d’allègement de dette et à l’accès limité aux  ressources concessionnelles. Mais d’aucuns estiment également que ces emprunts internationaux ont un coût considérable pour différents pays africains, risquent de déclencher une autre crise de l’endettement, notamment dans les PPTE et sont contractés sans prêter suffisamment attention au développement des marchés intérieurs en monnaie locale. Pendant l’atelier, le panel mettra en débat les approches de gestion de la dette adoptées par les pays et les considérations et les enjeux stratégiques relatifs aux émissions à l’échelle internationale et nationale.

Les objectifs de cette rencontre sont : i) d’engager un débat sur les dimensions stratégiques de la  gestion de la dette, en particulier sur l’éventail des ressources disponibles sur les marchés financiers nationaux et internationaux et les mécanismes concessionnels en tenant compte de la contrainte de respecter le principe de la viabilité de la dette ; ii) partager les expériences de pays africains qui ont développé leurs marchés obligataires et lancé des émissions d’obligations sur les marchés internationaux dans le but de financer leurs besoins en matière de développement ; et iii) débattre de la nécessité ou non de transférer l’émission d’emprunts internationaux au niveau national et des  mesures à prendre pour que l’option nationale devienne une alternative viable.