Présentation des résultats et des implications pratiques des études menées par le Consortium pour la recherche économique en Afrique (CREA)

Date : Lundi 24 mai 2010
Salle : Hôtel Ivoire Salle Coup de Fusil
Heure : 15 h à 17 h


Président

  • M. Caleb FUNDANGA, Gouverneur, Bank of Zambia

Intervenants

  • M. Germano MWABU, Coordinateur de Projet, Département d’Economie,Université de Nairobi etM. Olu AJAKAIYE, Directeur de la Recherche, Consortium pour la recherche économique en Afrique (CREA) : Reproductive Health, Economic Growth and Poverty Reduction: Overview and Key Policy Messages.
  • M. Francis Menjo MBAYE, Université de Yaoundé II, Faculté d’Economie et de Gestion, Cameroun : Production of Child Health, Economic Growth and Poverty Reduction in Cameroon.
  • M. Damien MEDEDJI, Unité d’Analyse Avancée en Pauvreté (UAAP), INSAE, Ministère du Développement de la Prospective et de l’Évaluation des Actions Publiques : La demande des services de santé de la reproduction au Bénin : une analyse par l’approche des fonctions de contrôle.
  • Mme Sarah SSEWANYANA, Directeur exécutif, EPRC, Uganda Cost effectiveness of Reproductive Health Interventions in Uganda: The Case for Family Planning services.
  • M. Sunil BUNDOO, Département d’Economie et des Statistiques, Université de Maurice : An Analysis of the Impact of Reproductive Health on Growth and Poverty: the Case of Mauritius.

Rapporteur

  • M. Samuel MWAKUBO, Chef de la Recherche, Consortium pour la recherche économique en Afrique (CREA)

L’objectif de la rencontre est de diffuser les résultats et les implications pratiques de ces études (Reproductive Health, Economic Growth and Poverty Reduction Nexus en Afrique: Research Findings and Policy Implications) auprès des décideurs politiques africains de haut niveau exerçant au sein des ministères des Finances, des banques centrales, des organismes donateurs et d’autres parties prenantes.

La question fondamentale est de savoir dans quelles conditions la demande effective pour les services de santé de la reproduction et la fourniture de ces services au moindre coût peuvent contribuer à une croissance économique durable et à la réduction de la pauvreté en Afrique en s’appuyant sur des données provenant de 19 études de cas menées dans 16 pays africains : Bénin, Botswana, Cameroun, Congo, Côte-d’Ivoire, Éthiopie, Ghana, Guinée, Kenya, ÎleMaurice,Mozambique, Nigeria, Sénégal, Togo, Ouganda et Zambie. Un des messages clés est que pour assurer l’utilisation des services de santé de la reproduction et contribuer ainsi à la croissance économique et faire reculer la pauvreté, plusieursmesures
complémentaires s’avèrent nécessaires, telles que la création d’un environnement macroéconomique
favorable, des marchés de l’emploi en expansion et flexibles et unmilieu socioculturel favorable, entre autres.

Actualités