Gareth Phillips

Gareth Phillips est chargé principal des questions de changement climatique et de croissance verte au sein de la Division de l’environnement et du changement climatique de la BAD. Son expertise porte sur la foresterie et la gestion durable des ressources, les mécanismes du marché du carbone (notamment le mécanisme de développement propre et la mise en œuvre conjointe), les systèmes d’échanges de quotas d’émission et les négociations internationales sur le climat, outre le financement de la lutte contre le changement climatique et la croissance verte.

 


02nov.2016

L’intégrité environnementale et sociale dans le cadre de l’Accord de Paris

L’Accord de Paris de décembre 2015 sur le changement climatique est un traité mondial par lequel tous les pays participants conviennent de « contenir le réchauffement climatique bien en dessous de 2 °C par rapport aux niveaux préindustriels, et si possible de viser à poursuivre les efforts pour limiter la hausse des températures à 1,5 °C au-dessus de ces mêmes niveaux ». Plus précisément, les pays signataires s’engagent à y parvenir par le biais de leurs Contributions déterminées au niveau national (CDN), qu’ils doivent être révisées tous les cinq ans à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques.

Auteurs: Gareth Phillips

Catégories: Gareth Phillips


01févr.2016

Pourquoi la BAD soutient le Programme pilote pour la résilience climatique

Le Programme pilote pour la résilience climatique (en anglais, PPCR), le programme de résilience des Fonds d’investissement climatique (FIC) pour les pays à faible revenu, est un indicateur du vent de renouveau qui souffle actuellement sur le domaine du financement climatique à l’échelle mondiale. Son rôle en tant que programme public mondial prééminent de financement de l’adaptation au changement climatique doit être examiné à la lumière de l’arrivée du Fonds vert pour le climat (dit GCF en anglais), qui vise à consacrer 50 % de ses ressources à l’adaptation. Les bailleurs de fonds des FIC se demandent pourquoi les banques multilatérales de développement (BMD) ne peuvent pas simplement financer la résilience sur leurs propres fonds concessionnels, et se demandent également si les projets PPCR apportent véritablement de la valeur ajoutée ou bien s’ils seront exécutés de toute façon dans le cadre des programmes de développement de base des BMD.


08déc.2015

En Afrique, un développement adapté peut conduire à l’inclusion et à la croissance verte

Si l'Afrique était figée, elle aurait besoin de s'adapter. Mais l'Afrique n'est pas figée. Elle est sur le pont du développement.

 

La courbe ascendante du PIB qui s'observe depuis plusieurs années à travers le continent, avec des embellies notables au nord, à l'est, à l'ouest et au sud du continent, montre que le développement est en expansion.


29nov.2015

Comment créer un marché du carbone en sept étapes

Dans le cadre du régime climatique post-2020, tous les pays auront la possibilité (l'obligation ?) d'élaborer et de mettre en œuvre des politiques et des mesures efficaces de sorte de tenir leurs engagements en matière de changement climatique. Les marchés du carbone ont une histoire contrastée, mais le moment est peut-être venu de les développer.


28nov.2015

Financements pour le climat : faisons-nous fausse route ?

Les 100 milliards de dollars EU de financements supplémentaires annoncés avant la COP21 sont un signal fort de l'engagement des pays développés. En effet, nombreux sont les pays en développement qui considèrent que ce financement est l'enjeu le plus important de la COP à Paris. Certes, c'est un montant d'ampleur, mais si nous nous focalisons trop sur ce volet, nous risquons de perdre de vue l'évènement en tant que tel.


24nov.2015

Contributions prévues déterminées au niveau national : en quoi les CPDN peuvent être une base solide pour l’accord mondial sur le climat

On peut vous excuser de penser que les Contributions prévues déterminées au niveau national ou CPDN sont juste une exigence de plus de la CCNUCC à ajouter à la longue liste de rapports et documents officiels figurant sur son site Internet et qui consument les maigres ressources des différents ministères des Finances, du Plan et de l’Environnement.