Carpophore Ntagungira

Economiste pays principal pour le Togo

Ntagungira Carpophore a rejoint le département Afrique de l'Ouest de la BAD en 2011 en tant qu’économiste pays principal. De 2003 à 2010, il était directeur général d’un cabinet d’études et conseils au Rwanda « Development & Management Solutions (DMS) ».  Avant cela, il a travaillé successivement comme directeur général de l'Union des Banques populaires du Rwanda, Commissaire des Douanes et Accises au Rwanda et directeur de cabinet de l’Université du Rwanda. Il a aussi été enseignant  de  commerce international, comptabilité nationale et économie du développement. Auparavant, Carpophore a servi pendant 5 ans comme chargé de programme du PNUD/VNU au Niger, en Centrafrique et à Genève.  Il est titulaire d’une Licence en économie de l'Université du Burundi, d’une Maîtrise en études du développement et d’un Doctorat en sciences politiques (Concentration en Finances - Taux d'intérêt et Usure) de l'Institut de hautes études internationales et du développement, Genève (Suisse).


25oct.2016

Comment inverser la propension africaine d’importation de poisson ?

L’Afrique compte 54 Etats dont 40 avec accès à la mer et qui tirent profit de la pêche maritime. Les multiples lacs africains dont deux les plus grands du monde (Tanganyika et Victoria) et ses grands fleuves - Nil, Niger, Congo, Zambèze ; sont aussi riches en poisson. En 2015, la production de poisson en Afrique représente 11 millions de tonnes dont 85% fournis par la pêche de capture et 15% par l’aquaculture, soit au total 7% de la production mondiale.

Comments:

1 comment(s)

Catégories: Carpophore Ntagungira


27juin2016

Le déficit commercial de produits alimentaires, un défi pour le Togo

Le nombre d’habitants au Togo (7 millions) est assez proche de celui en Suisse (8 millions). Pareillement pour la superficie couverte par chacun des deux pays : 56 785 km2 pour le Togo et 41 285 km2 pour la Suisse. En revanche, le Togo compte une population active agricole 12 fois plus nombreuse que la Suisse, laquelle devance largement le Togo en termes de consommation d’engrais par hectare (15 fois plus), de nombre de machines agricoles par surface arable (4 000 fois plus) et de productivité céréalière par hectare (6 fois plus). En conséquence, la valeur ajoutée par actif agricole en Suisse est 32 fois supérieure1 à celle au Togo, pour des raisons de productivité mais aussi de respect des normes et standards et des vicissitudes du marché.


02juil.2015

L’Office togolais des recettes, un modèle de bonne gouvernance fiscale

Traduit de l’anglais, « Revenue Authority », l’« Office des recettes » désigne un organe unique de l'administration fiscale qui bénéficie d’une plus grande autonomie que celle accordée à un département ministériel. L’Office togolais des recettes (OTR) est opérationnel depuis 2014. Il s’agit de la première expérience d’unification des services des douanes et des impôts dans les 14 pays de l’UEMOA et de la CEMAC.


22mai2015

Togo : la face cachée du prix de l’essence à la pompe

Entre juin 2014 et mars 2015, le prix de l’essence à la pompe a baissé de 11 %, mais les syndicats des consommateurs togolais continuent de se plaindre que la baisse du cours du baril n’est pas assez répercutée sur le prix de vente à la pompe. Or, les subventions de l’État togolais pour soutenir la politique pétrolifère lui ont pourtant coûté 28 millions de dollars EU en 2014, soit 3 % de ses recettes .


03oct.2014

Un “taximan” de la diaspora togolaise fait ses comptes

Laré Ousmane est originaire de Dapaong, dans le nord du Togo. C’est à l’âge de 26 ans qu’il décide, en 2002, d’émigrer en Floride, aux Etats-Unis, avec pour seuls bagages, un diplôme de technicien comptable et son permis de conduire. Après deux années marquées d’épreuves, il décroche son premier véritable emploi : chauffeur livreur chez un restaurateur, pour un salaire mensuel net de 1 950 dollars américains ($). Une rémunération qui est restée la même six ans durant, au terme desquels il a enfin obtenu un permis de résidence, puis la nationalité américaine.


06août2014

Le rôle de la zone franche du Togo dans les chaînes de valeur mondiale

En 1991, le Togo a lancé l'une des premières zones franches de transformation pour l’exportation (ZFE) en Afrique pour stimuler son économie dans les chaînes de valeur mondiales (CVM). La ZFE du Togo est située sur une superficie de 107 hectares de son port sur l’océan atlantique . La même année, le best-seller «L’économie mondialisée » était publié , démontrant comment une voiture Honda est plus américaine que celles produites par General Motors et Chrysler. L'auteur, ancien secrétaire américain au Travail Robert Reich, voulait sensibiliser le public sur le fait que «Ce qui compte, ce n'est pas le lieu de fabrication d'un produit, mais celui de création de sa valeur ajoutée". Il s’est plaint du cas de la "Pontiac Le Mans", symbole de la fierté américaine, mais fabriqué avec moins de 40% de valeur ajoutée créée aux États-Unis. Que pouvons-nous dire des produits fabriqués dans la ZFE du Togo ? Sont-ils des produits togolais ?


Subscribe