Emanuele Santi

Economiste en chef régional

Emanuele Santi est économiste en chef régional pour le département Afrique de l'Ouest à la Banque africaine de développement (BAD). Il possède près de 15 ans d'expérience professionnelle dans le développement. Expérience acquise principalement à la Banque mondiale et la Banque africaine de développement. Il a travaillé sur plus de 25 pays en Afrique, en Amérique latine, en Europe de l'Est et en Asie centrale. Il est titulaire d'un Doctorat en politique de développement de l'Université de Trieste (Paris, Sorbonne), d’une Maîtrise en études économiques du Collège d'Europe et d’un Certificat de gestion de finances publiques de la Harvard Kennedy School of Government.


31mars2015

Pourquoi l’autonomisation des femmes de l’Afrique de l’Ouest n’est pas seulement une bonne chose, elle se justifie aussi sur le plan économique

Dimanche 8 mars, le monde entier célébrait la Journée internationale de la femme. En prélude à cet événement, la Banque africaine de développement a consacré une semaine entière à la sensibilisation aux questions de genre.


10févr.2015

Côte d’Ivoire vs Ghana : une histoire de foot et d’économie

On ne peut plus inattendue, la victoire de la Côte d’Ivoire contre le Ghana, en finale de la Coupe d’Afrique des nations 2015, est considérée comme historique. Les Éléphants, l’équipe nationale ivoirienne de football, n’étaient certainement pas les favoris. Pourtant, ils ont surpris la majorité des observateurs en réitérant la victoire qu’ils avaient remportée contre le Ghana 23 ans plus tôt, là-aussi aux tirs au but.


19nov.2014

Afrique de l'Ouest / Ébola : l’importance d’avoir une vue d’ensemble

Ébola a certainement des effets dévastateurs sur le Libéria, la Sierra Leone et la Guinée. Mais ce qui est dit quant à l'impact économique du virus peut faire beaucoup plus de dégâts encore. Donald Kaberuka, président de la BAD, avait déjà mis en garde contre les scénarios ultrapessimistes, appelant à se montrer prudent face aux récits d’apocalypse.


22oct.2014

Ce que l'épidémie d'Ebola nous dit de la gouvernance et de la fragilité

L'épidémie d'Ebola qui ravage l'Afrique de l'Ouest, laissant plus de 4 000 morts sur son passage, est une terrible tragédie. Mais elle est aussi un rappel des défis clé du développement dans un environnement institutionnel faible.


15sept.2014

Ebola ne doit éclipser ni les progrès, ni le potentiel de l'Afrique de l'Ouest

J'ai été invité, cette semaine, à faire une présentation sur l'Afrique de l'Ouest devant un groupe de dirigeants d’entreprises multinationales majeures, désireux d’investir dans notre région. En dépit du branle-bas qui agite certains médias et de l'annulation de conférences et de matchs de football dans la région en raison du virus Ebola, tous sont venus à Abidjan, au cœur de l'une des histoires à succès du continent, afin d’y explorer des opportunités commerciales.


12août2014

Après le Sommet États-Unis-Afrique : Quel agenda pour l'Afrique de l'Ouest?

Le plus grand sommet Etats-Unis-Afrique vient de prendre fin, et le débat sur l'avenir de la politique des États-Unis pour l'Afrique refait surface. Alors que des suggestions intéressantes sont mises en avant par divers experts pour ce que pourrait être cette nouvelle politique - citons au passage cet argument intéressant mis en avant par le Center for Global Development pour combler le fossé de l'énergie - il est cependant judicieux de regarder de plus près les politiques et les instruments économiques actuellement en place, et d'analyser leurs effets sur l’Afrique de l'Ouest.


18juil.2014

Hausse des prix alimentaires en Afrique de l’Ouest : il est urgent d’agir

Dans son dernier rapport semestriel, intitulé Perspectives de l’alimentation, sur les marchés alimentaires mondiaux, l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) pointe une nouvelle hausse des prix de produits, tels que le blé, la viande et le riz. Cette nouvelle tendance inverse le mouvement de déclin qu’ont connu les prix internationaux des denrées alimentaires ces 10 derniers mois. Cette hausse est particulièrement flagrante pour les principales denrées dans la région : blé, riz, mil, sorgho et manioc.


Subscribe