Pietro Toigo

Pietro Toigo est macro-économiste en chef au Centre africain des ressources naturelles (CARN). Titulaire d’un master en économie de la London School of Economics, il a occupé auparavant les fonctions de macro-économiste en chef au sein du Département de la gouvernance et de la gestion économique et financière de la BAD, où il travaillait sur les questions de gestion des finances publiques, de développement du secteur privé et de gouvernance des industries extractives.

Avant de rejoindre la BAD, Pietro Toigo a exercé comme économiste senior pour le Département du développement international du Royaume-Uni durant six ans, respectivement au Zimbabwe, en Sierra Leone et en tant que représentant pays en Libye du, où il a conçu et conduit des programmes axés sur la gestion économique, la réforme du secteur public et la gestion des ressources extractives.

Par le passé, Pietro a également dirigé l’équipe de préparation budgétaire de la Coalition Provisional Authority et conseillé le ministre des Finances iraquien lors de la transition post-conflit en Irak en 2004. Par ailleurs, il a aussi exercé différentes fonctions au sein du Trésor du Royaume-Uni et à la direction Economie et Finances de la Commission européenne.

 


13janv.2016

Convertir « la richesse du sous-sol » en « richesse humaine », mais pas seulement par les impôts

Dans de précédents posts de blog, j’écrivais à propos des questions suivantes : les revenus susceptibles de se concrétiser grâce à de nouveaux projets qui vont être mis en place en Afrique de l’Ouest ; les choix macroéconomiques permettant de s’assurer que ces revenus n’auront pas d’impacts macroéconomiques négatifs et qu’ils bénéficieront aux générations futures ; et la façon dont ces revenus peuvent aider à combler le déficit de financement de la santé et de l’éducation.


23nov.2015

From extractive resources to human development: Opportunities for health and education in West Africa

My previous posts discussed how much revenues West African countries can expect from new discoveries of extractive resources, and what are the choices facing policymakers in utilising these revenues. In this piece, I will try to focus on how these revenues can be used specifically for investments in health, education skills and other tangible development outcomes. What can really been achieved, and how?


30sept.2015

Delivering the promise (II): Macroeconomic choices and natural resource revenues in West Africa

My previous blog gave a sense of the estimated likely magnitude and timing for revenues from new natural resources in Ghana, Sierra Leone and Liberia. Figures suggest that over the next 30 years, these new revenues would provide some extra room for spending to governments: over 20% on top of existing revenues in Liberia and Sierra Leone, and around 15% extra for Ghana.


11sept.2015

Delivering the promise (Part I): Managing natural resource expectations in Ghana, Sierra Leone and Liberia

Extractive resources come with a heavy baggage and very high expectations – if history shows that abundance of natural resources does not necessarily improve a country’s citizens lives, announcements of new mineral riches often unleashes expectations of immediate gains for citizens. This is very much the dynamics triggered when, at the peak of the commodity prices cycle, new discoveries in a number of West African countries promised to deliver a game-changing boost to their economies.


Subscribe