Contexte

La 18ième Conférence des Parties (COP18) à la Convention Cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) et la 8ème session de la Réunion des Parties (CMP8) au Protocole de Kyoto se tiendront au Qatar National Convention Centre à Doha au Qatar, du 26 novembre au 7 décembre 2012. Les COP18-CMP8 constituent une étape importante dans les négociations des changements climatiques avec plusieurs possibilités prévues pour la mise en œuvre.

L'année dernière, les négociations COP17/CMP7 ont eu lieu sur le sol africain. La Banque africaine de développement (BAD), l'Union africaine, la Commission économique des Nations Unies pour l'Afrique et le Gouvernement de la République d'Afrique du Sud ont affirmé que l'Afrique n'est pas parmi les principales causes du changement climatique, mais qu’elle a le plus à perdre. L'Afrique a été bien représentée par l'organisation du Pavillon Afrique, où plus de 100 manifestations ont été organisées. Lors des négociations, la plate-forme de Durban pour une action renforcée a décidé de prolonger et de renforcer les engagements pour la construction d'un cadre unifié pour le changement climatique. Il a également été convenu qu'il y aurait une deuxième période d'engagement du protocole de Kyoto. Suite aux négociations COP17/CMP7, il a été annoncé que la République de Corée du Sud accueillerait le Fonds vert pour le climat. La décision sera soumise pour approbation aux réunions COP18/CMP8 à Doha, au Qatar.

En ce qui concerne COP18/CMP8, il ya beaucoup d'espoir et d'optimisme pour que les négociations dépassent les contraintes passées et aillent vers la mise en œuvre. Il s'agira notamment d’avancer la deuxième période d'engagement du Protocole de Kyoto, l'infrastructure et le soutien de l'AWG-LCA et la plate-forme de Durban, afin que les longues négociations aboutissent à la mise en œuvre. Plus important encore, avec la décision pour que la République de la Corée du Sud accueille le Fonds vert pour le climat, il est possible de décider de la manière pour mettre en œuvre l'engagement du soutien financier aux pays en développement, notamment en Afrique.

Le changement climatique et les questions de développement sont au premier plan des discussions lors des CoP18/CMP8. L'an dernier, la voix de l'Afrique a été entendue; cette année, c’est l'occasion de présenter l'expérience avérée, l'expertise et le succès qui résident sur le continent. L'Afrique a besoin de saisir cette opportunité et de capitaliser sur celles qui sont offertes en démontrant la capacité existante.

La BAD a appuyé le groupe africain de négociateurs tout au long de l'année, en assurant leur préparation et leur capacité à contribuer au processus. La Banque africaine de développement est l'hôte de discussions, s'adressant à un large éventail de changements climatiques et de questions sur le développement, ainsi que les implications qui en découlent pour l'Afrique.

Le point culminant de la participation de la BAD au CoP18/CMP8 sera l'événement de haut niveau où d'éminents conférenciers discuteront du financement du changement climatique et de l'accès de l'Afrique aux fonds conventionnels. Parmi les orateurs présents à cet événement, nous pouvons citer le Président de la groupe de la Banque africaine de développement, le Directeur Général du Fonds pour l'environnement mondial, le Commissaire de la Commission de l'Union africaine, le Secrétaire Exécutif de la Commission économique des Nations Unies pour l'Afrique, des ministres de l'Union Européenne et certains ministres africains.

Quote

"The AfDB can play an important role in enhancing direct access to the GCF by African countries."

Read more about the report "Getting Africa Ready for the Green Climate Fund"