Finance climatique

La BAD agit pour promouvoir en Afrique une stratégie en faveur du climat

Principale institution de mobilisation de ressources en faveur du développement économique et social de l'Afrique, la BAD s'engage à fournir et à tirer parti d'un financement approprié en faveur de la préservation de conditions climatiques favorables, pierre angulaire du développement.

La BAD soutient l'accès des pays africains aux fonds destinés à la lutte contre les changements climatiques sur le continent. En effet, ceux-ci en ont besoin, pour évoluer vers une situation durable sur le plan climatique. Cet engagement sous-tend la stratégie 2013-2022 de la BAD, qui promeut une croissance inclusive et verte.

Sur les quatre dernières années, la Banque a consacré près de 7 milliards de dollars EU au financement de projets en faveur d'un développement résilient au changement climatique et à faible émission de carbone.

Financer la lutte contre le changement climatique en Afrique : un enjeu majeur

Pour l'Afrique, les financements permettant de lutter contre le changement climatique sont aujourd'hui essentiels. Car nul processus de développement efficace ne pourra s'enclencher sans ressources financières.

Le financement du changement climatique répond aux besoins du développement, en ce qu'il :

  • vient renforcer la disponibilité de fonds nationaux, en vue de soutenir les innovations non éligibles à un financement ;
  • permet de mettre à profit des sources de financement nouvelles et supplémentaires, tant publiques que privées ;
  • incite à une participation accrue du secteur privé et d'autres catégories d'investisseurs ;
  • rassemble les parties prenantes à quelqu'échelon que ce soit - depuis les communautés locales jusqu'à l'échelle internationale ;
  • fait office d'adjuvant de technologies nouvelles et innovantes - notamment les énergies renouvelables, les mécanismes d'adaptation aux changements climatiques et les solutions de gestion des forêts.

« L’architecture actuelle des fonds de financement de la lutte contre le changement climatique ne procure pas à l’Afrique les moyens financiers dont elle a besoin. Il reste encore beaucoup à faire pour améliorer l’accès de l’Afrique aux financements en faveur du climat » 

Akinwumi Adesina, président du Groupe de la Banque africaine de développement

9 octobre 2015

COP21 : Quel rôle joue la BAD pour promouvoir en Afrique une stratégie en faveur du climat ?

Le rôle de la BAD : accélérer la mobilisation de financements en faveur du climat

Outre les nombreuses initiatives qu'elle mène en matière de politiques de plaidoyer en faveur du financement climatique - le Centre africain de technologie climatique et de financement, l'Initiative de la croissance verte et le secrétariat de la plateforme africaine de SE4All -, la Banque œuvre en faveur de l'ensemble des pays africains, dans le cadre de 9 fonds et mécanismes dédiés :

 

Banques multilatérales de développement et institutions financières : des efforts concertés pour le financement climatique

Depuis 2011, les banques multilatérales de développement (BMD) rapport conjoint de suivi de la finance climatique, établi au moyen d'une méthodologie commune. Cette année 2015, des principes communs ont été élaborés en partenariat avec l'International Development Finance Club (IDFC), pour suivre aussi bien le financement de l'adaptation que celui de l'atténuation. La transparence et l'harmonisation des méthodologies de suivi des progrès vers l'objectif convenu en matière de financement climatique s'en voient améliorés.

Au vu du rôle catalyseur que jouent les BMD ainsi que les autres institutions de financement du développement et les fonds publics dans la mobilisation des investissements du secteur privé en faveur du climat, des efforts ont été déployés en 2015 pour établir une méthodologie à même de mesurer cet effet de levier et d'en rendre compte.

Au cours de la dernière décennie, les BMD ont démontré que concilier les actions de développement et les considérations climatiques est tout à fait possible. Dans cette perspective, 5 principes, qui reprennent les meilleures pratiques en matière d'intégration des préoccupations liées au changement climatique dans les activités des institutions financières, ont été formulés et soumis aux autres institutions financières pour adoption.

Rôle de catalyseur financier de la BAD en quelques chiffres clés :

  • 2011-2014 : en moyenne, 26 % des investissements annuels de la BAD ont été axés sur des projets tenant compte de la problématique climatique.
  • 2011-2014 : la BAD a engagé 7 milliards de dollars EU pour soutenir 213 projets de développement résilients aux changements climatiques et à faible émission de carbone. 80 % de ces projets ont été financés sur les fonds propres de la BAD et 20 % via des fonds climatiques externes.
  • En 2014, la BAD a mobilisé 1 916 milliards de dollars EU en faveur de projets tenant compte de la problématique climatique. Sur ce total, 1 156 milliards de dollars EU ont été affectés à l'atténuation des effets du changement climatique, et 756 millions de dollars à des initiatives d'adaptation - soit une hausse de 59 % des montants engagés par rapport à 2013.

Grâce au financement climatique, la BAD entend :

  • créer un environnement favorable à la mise sur pied de projets/ programmes "verts" ;
  • co-financer des projets et offrir son appui sur l'ensemble du cycle des projets - depuis la préparation jusqu'à leur mise en œuvre effective ;
  • œuvrer en faveur de ses pays membres, par le biais de plusieurs canaux de financement centrés sur les problématiques climatiques et qui proposent des subventions, des prêts concessionnels, des garanties et des prises de participation.

L'avenir en ligne de mire : la BAD triplera le montant de ses financements climatiques

La Banque s'est récemment engagée à quasi tripler ses financements en faveur de la lutte contre le changement climatique en Afrique, qui atteindront 5 milliards de dollars EU par an d'ici 2020.

Les fonds que la BAD consacrera au climat vont croître jusqu'à représenter 40 % du total de ses nouveaux investissements à l'horizon 2020 (contre 26 % en moyenne entre 2011 et 2014).

« La BAD peut jouer un rôle important pour améliorer l’accès direct des pays africains au Fonds vert pour le climat. »

Rapport Getting Africa ready for the Green Climate Fund (en anglais)

Contacts