COP : Poursuivre les progrès, concrétiser les engagements

La COP est l'organe majeur de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC), adoptée en 1992 à l'issue du Sommet de la Terre, à Rio de Janeiro, au Brésil. Objectif : comprendre et trouver des solutions aux effets négatifs qu'entraînent les changements climatiques.

C'est dans cette perspective commune et globale de lutte contre le changement climatique que, depuis 1995, la majorité des pays de la planète se réunissent quasi tous les ans.

Depuis Copenhague, les éditions successives des COP ont enregistré des progrès sur plusieurs fronts, couronnés l’an passé par l’adoption de l’Accord de Paris à l’issue de la COP21.

2009

AfDB

COP15 (Copenhague)

Si l’on échoue à conclure un nouvel accord mondial sur le climat, il est décidé que la hausse globale des températures ne doit pas excéder les 2°Cd’ici la fin du siècle.

Les pays développés s’engagent à mobiliser quelque 100 milliards $ par an d'ici à 2020 pour soutenir l'atténuation et l'adaptation dans les pays en développement.

2010

AfDB

COP16 (Cancun)

La décision de contenir la hausse globale des températures mondiale en-dessous des 2°C est entérinée.
Les petits États insulaires en développement demandent, quant à eux, une limitation à 1,5°C.

2011

AfDB

COP17 (Durban)

On stipule qu’un nouvel accord sur le changement climatique, plus ambitieux que le Protocole de Kyoto, sera conclu en 2015.

Cet accord devra être universel et juridiquement contraignant, sur la base du principe de « responsabilité commune mais différenciée ».

Mise en place de groupes de travail pour définir la voie à suivre jusqu’en 2015 (cf. le Groupe de travail ad hoc sur la Plateforme de Durban pour une action renforcée).

1er pavillon africain dressé sur les lieux, pour mieux mettre en avant les défis spécifiques et le lourd tribut du continent africain face au changement climatique, outre ce qui est accompli en matière de lutte contre le changement climatique. Lancé à l’initiative de la BAD et de ses partenaires, la Commission de l’Union africaine/ Nepad et la Commission économique pour l’Afrique des Nations unies (CEA), ce Pavillon dédié à l’Afrique sera organisé lors de toutes les COP ultérieures.

2012

AfDB

COP18 (Doha)

On convient d’une 2e période d'engagement provisoire, qui proroge le Protocole de Kyoto de 2013 à 2020.

2013

AfDB

COP19 (Varsovie)

On admet le rôle crucial du stockage biologique du carbone, en instaurant un mécanisme de réduction des émissions liées à la déforestation et à la gestion des forêts (REDD+).

Accord conclu sur les rapports de suivi et les principes de vérification, afin de favoriser la transparence et la reddition de comptes entre les Parties à la Convention-cadre.

Mise en place du “Mécanisme international de Varsovie relatif aux pertes et dommages liés aux incidences des changements climatiques”, qui reconnaît la nécessité de compenser les pays en développement pour les préjudices qu’ils subissent en la matière.

2014

AfDB

COP20 (Lima)

Sont jetées les bases du futur accord escompté en 2015, et on progresse dans l’élaboration d’un projet de texte de négociation pour ledit accord.

Décision est prise concernant les Contributions prévues déterminées au niveau national (CPDN).

2015

AfDB

COP21 (Paris)

Tous les pays africains – sauf la Libye – ont soumis leurs Contributions prévues déterminées au niveau national (CPDN)

L’Afrique a su faire entendre sa voix, grâce notamment au Pavillon Afrique organisé par la BAD et ses partenaires, la Commission de l’Union africaine/ Nepad et la Commission économique pour l’Afrique (CEA), ainsi qu’à leur travail de plaidoyer et de soutien.

Sont lancées deux initiatives majeures pour l’Afrique, l’Initiative pour les énergies renouvelables (AREI par acronyme anglais) et l’Initiative sur l’adaptation, pertes et dommages.

L’Accord de Paris est adopté à l’issue de la COP21. Les 195 pays signataires de la CCNUCC ont signé cet Accord censé prendre le relais du Protocole de Kyoto.

 

2016

COP22 (Maroc)

Cette COP22, qui se veut la COP de l’action après l’adoption de l’Accord de Paris sur le climat, se tient en terre africaine, à Marrakech, au Maroc. C’est la 4e COP à se dérouler en Afrique et la 2e à être accueillie à Marrakech.

Le Maroc s’est d’ailleurs engagé à réduire de 42 % ses émissions de gaz à effet de serre (GES) d’ici à 2030, soit une baisse cumulée de 523,5 millions de tonnes équivalent CO2 (Mt éq-CO2) sur la période 2020-2030. Autre objectif à même échéance : 52 % de la puissance électrique installée proviendra des énergies renouvelables (20 % en solaire, 20 % en éolien et 12 % en énergie hydraulique).

« Le coût de l’inaction serait trop élevé. Nous devons agir, et agir de manière décisive. »

Akinwumi Adesina, Président de la BAD

6 sept. 2015

Etes vous expert ou néophyte du changement climatique en Afrique?
Testez vos connaissances avec ce quiz


Le Pavillon Afrique est organisé conjointement par