Perspectives économiques en République Démocratique du Congo

  • La croissance de l’économie congolaise a décéléré à 7.7 % en 2015 contre 9.2 % en 2014, une tendance qui devrait se poursuivre en 2016 (7%), avec un rebond attendu à partir de 2017 (8 %).
  • La pauvreté reste largement répandue, même si le pays a réalisé d’importants progrès dans la mise en œuvre des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD), avec un gain de 11 places dans le classement mondial 2014 de l’indice de développement humain (IDH).
  • D’importants défis de planification et de financement du développement urbain doivent être relevés par le pays, pour assurer un meilleur cadre de vie et capitaliser sur les opportunités qu’offre l’urbanisation.

En 2015, la croissance économique s’est établie à 7.7 % contre 10.3 % initialement programmée et 9.2 % en 2014, soutenue par les industries extractives, les transports, les télécommunications et les industries manufacturières. L’inflation a été contenue à 0.8 % et le taux de change du franc congolais (CDF) contre le dollar américain (USD) est demeuré stable, avec une fluctuation de 0.2 %. Malgré la baisse1 drastique des cours des matières premières, la stabilité macroéconomique a été préservée, grâce à un resserrement des recettes fiscales, des réserves internationales et à la hausse du déficit courant. L’activité économique devrait enregistrer un léger ralentissement à 7.0 % en 2016 avant de s’accélérer à 8.0 % en 2017, avec le redressement des cours miniers attendu à partir de l’année 2017 et des effets positifs des réformes structurelles et de la reconstruction des infrastructures. Pour renforcer la stabilisation et la résilience de l’économie vis-à-vis des chocs, le gouvernement a adopté en janvier 2016 une série de 28 mesures urgentes et a décidé, dans le cadre du plan national stratégique de développement (PNSD) en cours d’élaboration, de diversifier son économie et élargir sa chaîne de création des valeurs.

Sur le plan social, bien que n’ayant pas atteint les Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) à fin 2015, la RDC a réalisé des progrès considérables même si les défis demeurent encore importants. Malgré son contexte politico-sécuritaire fragile, l’incidence de la pauvreté a baissé passant de 80 % en 1990 à 63.4 % en 2012. L’augmentation continue du budget de l’État alloué aux secteurs sociaux a occasionné un accroissement des taux de scolarisation, d’alphabétisation et d’achèvement dans le primaire, une réduction significative de la mortalité infantile et maternelle, ainsi qu’une amélioration de la desserte en électricité et de l’accès à l’eau potable, à l’assainissement et au logement. Ces progrès ont induit une progression de l’indice de développement humain (IDH) du pays, qui est passé de 0.329 en 2000 à 0.439 en 2014, gagnant ainsi 11 places dans le classement mondial de 2014. L’organisation d’élections libres et démocratiques, prévues en 2016 dans les délais constitutionnels, constitue le principal défi politique à relever pour consolider les acquis du processus démocratique engagé depuis 2006.

L’urbanisation, bien que perçue comme une opportunité par les autorités congolaises, est confrontée à un véritable défi de planification et de financement du développement urbain. Les zones urbaines occupent une place prépondérante dans l’économie nationale et offrent de meilleures conditions de vie que le milieu rural. Toutefois, les risques suivants sont associés aux tendances actuelles de l’urbanisation en RDC : l’accroissement des quartiers non planifiés et informels, la mauvaise qualité des transports urbains et les congestions dans les villes, l’accès limité aux infrastructures sociales. Le pays ne dispose pas de stratégie nationale en matière d’urbanisation, en dépit de certains dispositifs utilisés et initiatives nationales en cours, qui contribueront directement ou indirectement au développement urbain. Il s’agit notamment de la réforme de l’aménagement du territoire (RAT), des projets de construction des zones économiques spécialisées (ZES) et des parcs agroindustriels (PAI).