Perspectives économiques au Djibouti

  • Les projections tablent sur une croissance d’environ 7.4 % en 2016, contre 6.7 % en 2015 et 6 % en 2014, une embellie qui n’empêche pas la pauvreté et le chômage d’être très répandus.
  • Le déficit budgétaire s’est amélioré en 2015, mais le niveau d’endettement du pays demeure critique, avec une économie de services centrée sur les transports.
  • La concentration des activités et des emplois dans la capitale amène le gouvernement à envisager le développement de pôles économiques à l’intérieur du pays.

Djibouti se caractérise par une économie duale. D’un côté, on trouve un secteur moderne, basé sur des revenus de rente provenant des ports et des bases militaires louées par des contingents étrangers. De l’autre, un large secteur informel persiste. L’économie est axée sur les services, notamment les transports et services connexes, en raison de la position géostratégique du pays dans le golfe d’Aden, au carrefour de corridors maritimes importants pour l’acheminement de biens et de pétrole. La construction, l’hôtellerie et les télécommunications se développent, mais leur poids reste marginal. Les investissements chinois des trois dernières années pourraient modifier la structure de l’économie, avec le développement de Zones économiques spéciales (ZES) pour accueillir des industries de transformation s’inscrivant dans les chaînes de valeur mondiales.

Djibouti développe ses infrastructures, portuaires notamment, afin de promouvoir une croissance rapide et réduire la pauvreté. Tirée par de grands projets d’investissement, la croissance des dernières années, 6.7 % en 2015 contre 6 % en 2014, va se poursuivre avec des projections de 7.4 % et 7.1 % en 2016 et 2017. Malgré cette embellie, l’extrême pauvreté et le chômage restent endémiques. Critique, l’endettement de Djibouti se situe à 65.8 % du PIB en 2015 et devrait atteindre 75.8 % en 2016, pour atteindre le seuil de 79 % en 2017, plaçant le pays en risque élevé de surendettement.

Pour faire face à ces défis, un nouveau cadre de référence, Vision Djibouti 2035, vise depuis mars 2014 l’émergence à cet horizon. Sa première déclinaison à moyen terme passe par la Stratégie de croissance accélérée et de promotion de l’emploi (Scape), lancée en août 2015 pour cinq ans.