L'Angola et la BAD

Depuis qu'il a repris ses opérations dans le pays en 2001, après la fin de la guerre civile, le Groupe de la Banque apporte un appui régulier et diversifié aux efforts de développement de l'Angola. La répartition sectorielle de cette aide est actuellement la suivante : agriculture, développement rural et environnement (49 %) ; secteur social, dont santé et éducation (27 %) ; eau et assainissement (16 %) ; interventions multisectorielles (8 %). À ce jour, le Groupe de la BAD a consenti huit prêts, d'un montant total de 122,4 millions de dollars EU, à l'Angola. La performance du portefeuille s’avère faible, et un plan d'amélioration du portefeuille-pays a été mis en place pour guider le dialogue avec le gouvernement angolais.

Par ailleurs, la BAD offre également son appui à un programme hors prêts, qui s'est traduit par une série d'études économiques et sociales (EES) portant sur divers sujets, tels que la parité entre les sexes, l'éducation, le développement du secteur privé et la microfinance.

Afin d'accélérer les efforts de réduction de la pauvreté, les autorités angolaises ont défini une nouvelle vision pour le pays pour la période 2011-2015, basée sur trois documents stratégiques : a) le document intitulé “Angola Visão 2025”, dans lequel sont exposées les options stratégiques du pays à long terme ; b) le programme électoral du parti présidentiel Movimento para a Libertação de Angola (MPLA) pour 2009-2012 ; c) le Plan national biennal 2010-2011 du gouvernement, qui a pour principaux objectifs :

  • promouvoir et accélérer la croissance et les gains de compétitivité, en favorisant la diversification de l'activité économique ;
  • réduire la pauvreté grâce au développement du capital humain et à des interventions ciblées, notamment en faveur de la création d'emplois dans le secteur privé ;
  • assurer une croissance équilibrée et un développement harmonieux, tout en protégeant les ressources naturelles ;
  • garantir une gestion efficace et responsable des politiques publiques, en mettant l'accent sur le renforcement des institutions et le développement des capacités humaines.

La Banque a préparé un nouveau document de stratégie-pays (2011-2015), dans la lignée des priorités du gouvernement en matière de développement, et axé sur deux objectifs majeurs : i) stimuler la compétitivité de l'économie ; ii) appuyer le développement des infrastructures économiques.

Le reclassement de l'Angola parmi les PRI – pays emprunteurs de catégorie C – ouvre une phase radicalement nouvelle s’agissant de ses relations de partenariat avec la Banque, et permet d'entrevoir une hausse potentielle de 460 % de son portefeuille. La Banque pourra ainsi coopérer avec le gouvernement dans le cadre de grands projets d'infrastructure, qui représenteront 87,5 % du portefeuille. La nouvelle stratégie marque également le début d'opérations visant à stimuler le développement du secteur privé dans le pays, avec un premier projet de 156 millions de dollars EU dans le secteur financier. Enfin, la Banque prévoit de produire des rapports sur l'intégration régionale et ses conséquences pour la diversification économique, ainsi que sur l'intermédiation fnancière et le financement du développement à moyen terme en Angola.