La Guinée Bissau et la BAD

Depuis le début de sa coopération avec la Guinée-Bissau en 1976, le Groupe de la Banque africaine de développement (BAD) a financé, hors projets multinationaux, 38 opérations (24 projets, 7 appuis institutionnels, 3 études, 3 aides d’urgence et 1 ligne de crédit) pour des engagements nets représentant un montant global de 188.08 millions d’UC (environ 150 milliards de FCFA).

Ce montant a été octroyé sous forme de prêts (80.02%) et de dons (19.98%). Le montant total des engagements nets par source de financement s’élève respectivement à 160,97 millions d’UC pour le FAD, 10,03 millions d’UC pour la BAD, 10 millions d’UC pour le FEF, 6,09 millions UC pour le NTF et 0.99 millions d’UC pour le FSS.

Le secteur social est le secteur ayant bénéficié des plus importants financements (31,2%), suivi du multi secteur (21,0%), des secteurs de l’agriculture (19,4%), du transport (18,4%) et des équipements collectifs (10%).

Jusqu’au coup d’Etat du 12 avril 2012 intervenu entre le 1er et le 2ème tour des élections présidentielles de 2012, la Guinée-Bissau a réalisé des performances économiques remarquables avec un taux de croissance économique de  5,1%, en 2011. Cependant avec le coup d’Etat et la suspension des opérations de la plupart des bailleurs de fonds dont la BAD, les défis à relever par ce pays sont énormes dans un environnement national et international difficiles.

Les priorités du gouvernement de transition de mai 2012 sont principalement de préparer les conditions et organiser  des élections générales transparentes en  2013. La Banque suit de près l’évolution de la situation dans le pays en collaboration avec les autres partenaires techniques et financiers et les organisations régionales.