Perspectives économiques au Libéria

  • La chute des cours des matières premières et les répercussions de l’épidémie d’Ebola ont donné un coup d’arrêt à la croissance économique du Libéria, tombée à 0.4 % en 2015, mais la production d’or et la reprise des projets d’infrastructure publique favoriseront une timide reprise en 2016 (2.8 %).
  • Compte tenu du ralentissement de la croissance des recettes, du resserrement des plafonds d’emprunt et de la masse salariale élevée, il est impératif d’aligner les dépenses et l’emprunt sur les priorités de développement avant la tenue des élections présidentielles de 2017.
  • L’augmentation rapide de la population à Monrovia impose un renforcement des politiques urbaines pour décongestionner la ville et améliorer la qualité de vie dans les quartiers informels, ainsi qu’un effort constant pour créer de nouvelles opportunités économiques dans les zones rurales.

Le Libéria traverse une mauvaise passe, après deux chocs majeurs subis l’an dernier. Le pays se remet de l’épidémie d’Ebola qui, combinée à la chute des cours internationaux du minerai de fer et du caoutchouc – deux produits d’exportation qui sont les moteurs de croissance traditionnels du Libéria – a mis à mal la croissance économique, tombée à 0.4 % en 2015. Les projets d’infrastructure publique et le démarrage de la production d’or favoriseront une reprise de la croissance du PIB estimée à 2.8 % en 2016, mais le retrait de la force de maintien de la paix des Nations Unies entraînera une réduction de la demande de services et contraindra l’État à assumer l’entière responsabilité de la sécurité, y compris sur le plan financier.

Face au ralentissement de la croissance de ses recettes et au resserrement des plafonds d’emprunt, le Libéria devra redoubler d’efforts pour contenir la masse salariale et aligner les dépenses et l’emprunt sur les priorités de développement avant la tenue des élections présidentielles de 2017. La production d’énergie va progressivement augmenter jusqu’en 2018, mais la gestion du secteur devra être améliorée pour rentabiliser au maximum les investissements considérables et soutenir les prestations de services. L’amélioration progressive des infrastructures sera un élément crucial pour favoriser la croissance économique, mais il faudra mettre davantage l’accent sur l’amélioration de l’environnement des affaires pour diversifier l’économie et promouvoir une croissance inclusive. Les groupes de travail sur l’agriculture et l’industrie manufacturière privilégient les interventions visant à rendre l’environnement plus favorable au développement des entreprises, à accroître la création de valeur ajoutée et à attirer des investissements vers les secteurs non extractifs.

L’expansion rapide de la ville de Monrovia appelle à une attention plus grande pour les questions de gouvernance urbaine afin de soutenir la croissance et d’améliorer la qualité de vie des populations. Les infrastructures inadéquates et l’absence de planification ont entraîné une multiplication des établissements humains informels, un manque d’accès aux services de base et des encombrements. Le réseau routier urbain et l’approvisionnement en eau se développent, toutefois leur niveau de départ était insignifiant. L’accroissement des opportunités économiques en dehors de Monrovia contribuera à réduire l’exode rural. On note une volonté croissante de déconcentrer les services et de développer les infrastructures en zones rurales, mais ce processus prendra plusieurs années.