A propos


La BAD gère un vaste portefeuille d’opérations dans différents secteurs et de nombreux pays et veille à ce que ces opérations donnent des résultats concrets sur le terrain. Leur mise en oeuvre efficace dépend non seulement de leur conception et de leur supervision mais aussi des capacités des personnes en charge de leur gestion.

Pour intensifier le développement et le partage du savoir en Afrique, la BAD a adopté récemment une Stratégie de renforcement des capacités ayant pour point focal l’Institut africain de développement (IAD). A ce titre, l’IAD propose des activités et des services qui visent à :

  • Accroitre l’efficacité des opérations en matière de développement et
  • Favoriser le dialogue sur les politiques et la gestion du développement.

Par ailleurs, pour mieux répondre aux besoins en matière de capacités des pays membres régionaux, cette stratégie fournira au Groupe de la BAD une plateforme visant à renforcer ses capacités internes, en particulier celles liées à la mise en oeuvre de ses opérations.

Pour mener à bien ces missions, l’Institut travaille en étroite coopération avec les départements de la BAD et entretient des partenariats actifs avec d’autres institutions.

Point focal pour le renforcement des capacités

L’IAD a été créé en 1973 avec pour mandat d’accroitre l’efficacité de la mise en oeuvre des projets financés par la BAD. Après une réorientation en 1992 puis une restructuration en 2001, l’IAD est devenu en 2010 le point focal du Groupe de la Banque africaine du développement en matière de renforcement des capacités. A ce titre, l’Institut assure:

  • La mise en oeuvre des activités de formation dans les domaines stratégiques de la BAD ;
  • Les conseils et orientations aux départements des opérations dans la formulation de leurs activités de renforcement des capacités ;
  • L’organisation de séminaires des assemblées annuelles du Groupe de la BAD;
  • Les services de diffusion du savoir ;
  • Le développement de matériels de formation (y compris des outils d’apprentissage en ligne) en appui aux opérations.

L’Institut est également responsable de :

  • L’établissement des partenariats avec des institutions de renforcement des capacités nationales et régionales.
  • Le partenariat avec d’autres institutions telles que l’ACBF, Le CARE, le FMI, l’OCDE, le PNUD, la Banque mondiale, JICA, InWent, l’OIT, et l’OMC pour l’élaboration des profils pays en matière de renforcement des capacités afin de permettre à la BAD de faire des recommandations sur des bases informées.
  • La participation à l’examen des documents relatifs aux projets et des documents de stratégie-pays afin de donner des orientations sur l’adéquation et la portée des activités de renforcement des capacités envisagées.
  • La mise en place d’un réseau d’institutions intervenant dans le renforcement des capacités en Afrique et un réseau d’experts comprenant les anciens participants aux actions de formation organisées par la BAD afin de créer et entretenir une communauté de pratique.
  • Le renforcement de la gestion, le traitement et la diffusion du Savoir en direction de la BAD et ses pays africains.

Accroitre l’efficacité des opérations en matière de développement

L’Institut contribue aux efforts de renforcement des capacités dans les institutions des pays africains.

L’objectif consiste à améliorer la capacité des pays membres régionaux afin de leur permettre de répondre aux défis du développement tout en améliorant la qualité du portefeuille de la BAD.

Les activités de l’Institut sont inscrites dans les orientations stratégiques de la BAD telles que définies dans sa Stratégie à moyen terme 2008-2012. La variété des sujets abordés augmente au fil des années et comporte des thèmes tels que la gestion du cycle de projet, l’allocation des ressources de l’IAD axée sur les politiques et la viabilité de la dette. Toutes ces activités de formation contribuent à l’efficacité des opérations. Un accent particulier est mis sur les Etats fragiles et les pays riches en ressources mais pauvres en capacités.

Les formations de l’IAD visent à améliorer la conception et la mise en oeuvre des projets financés par la BAD et répondent aux besoins identifiés par les pays. Ces ateliers permettent au personnel travaillant sur les projets et aux fonctionnaires des ministères concernés de se familiariser aux règles d’acquisition, de décaissement et aux procédures d’audit des opérations de la BAD. Ces ateliers sont un excellent cadre d’échange d’idées entre le personnel de la BAD et les experts des projets nationaux et résultent en une mise en oeuvre des projets plus effective.

Favoriser le dialogue sur les politiques et la gestion du développement

En ligne avec la Déclaration de Paris et l’Agenda d’Accra, la BAD vise à renforcer les capacités des pays africains à concevoir et mettre en oeuvre leurs politiques économiques, à utiliser le savoir généré par la BAD et d’autres institutions et à mieux engager un dialogue sur les politiques avec les partenaires au développement.

La BAD cherche aussi à améliorer les connaissances et savoir faires de son personnel ainsi que l’efficacité des départements opérationnels, augmentant ainsi la performance de l’institution toute entière. Cette approche permet d’assurer que le personnel de la BAD engagé dans le renforcement des capacités des pays africains possède les compétences et les connaissances nécessaires pour mieux exécuter leurs fonctions.

Des partenariats actifs pour le renforcement des capacités

L’IAD coopère avec les agences internationales et nationales pour élaborer des programmes de renforcement des capacités afin de promouvoir des synergies et complémentarités. Chacune intervient dans les domaines où elle possède la meilleure expertise et présente un véritable avantage comparatif.

L’Institut entretient des partenariats actifs avec les bailleurs de fonds, les agences de développement, les instituts de formation, les universités et les organisations du secteur privé.

Le Partenariat Multilatéral pour l’Afrique (PMA)

Dans le cadre du Partenariat multilatéral pour l’Afrique, la BAD offre une plateforme à des institutions telles que la Banque mondiale, le FMI, le FIDA, la JICA, la JBIC, l’InWent et l’OMC, qui interviennent en faveur du renforcement des capacités en Afrique, pour répondre aux besoins de formation dans le domaine macroéconomique. En effet, en s’appuyant sur les conclusions de son évaluation régulière des besoins, la BAD est en mesure de fournir à de telles institutions des informations pertinentes sur les besoins prioritaires des pays africains en matière de capacités. La BAD cherche également à nouer avec ces institutions ainsi qu’avec les groupes de réflexion nationaux et régionaux des partenariats pour le développement et l’harmonisation des matériels de formation en vue de leur utilisation dans les pays africains.

Le savoir en partage

L’IAD organise à l’occasion des Assemblées annuelles de la BAD des séminaires de haut niveau et facilite un dialogue avec les ministres et les autorités de réputation internationale. L’Institut propose également d’autres activités et services relatifs au partage et à la diffusion du savoir avec l’organisation d’activités telles que la Conférence économique africaine, et le Programme des éminents conférenciers et également son Centre du Savoir et des Ressources Virtuelles (KVRC).

Conférence économique africaine

En partenariat avec la Commission Economique pour l’Afrique (CEA), la BAD organise la Conférence économi - que africaine. L’objectif de cette conférence annuelle est de :

  • Promouvoir le savoir comme élément essentiel du  dialogue, de formulation et de mise en oeuvre de politiques,
  • Faciliter et promouvoir l’innovation parmi les chercheurs, les agents du développement et les décideurs africains,
  • Encourager et améliorer la recherche sur des sujets économiques et de politique en rapport avec le développement des économies africaines, et
  • Fournir l’occasion aux africains de la diaspora, aux organisations régionales et sous-régionales de diffuser les résultats de leurs recherches et partager les informations sur leurs activités avec les décideurs africains.

L’IAD, en étroite coopération avec le Département de la Recherche de la BAD, fournit l’appui nécessaire à l’organisation de cette Conférence.

Programme des éminents conférenciers

Conçu à la fin des années 90 par l’IAD comme forum spécial d’échanges sur les enjeux du développement en Afrique, le Programme des éminents conférenciers a été lancé en 2006. Le Programme est une plate-forme où les responsables africains et les personnalités de renommée internationale (africains et non-africains) peuvent échanger leurs perspectives sur les grands défis du développement que le continent est appelé à relever.

A ce jour, le programme a bénéficié des interventions des éminentes personnalités suivantes : K. Y. Amoako, Jacques Attali, Michel Camdessus, Ha Joon Chang, Paul Collier, Abdou Diouf, Calestous Juma, Kenneth Kaunda, Wangari Maathai, Benjamin Mkapa, Festus Mogae, Sadako Ogata, Nicholas Stern, Joseph Stiglitz et James D. Wolfensohn.

Le Centre du Savoir et des Ressources Virtuelles (KVRC)

L’Institut gère le Centre du Savoir et des Ressources Virtuelles (KVRC) de la BAD qui offre des services de références et d’aide à la recherche, des services d'alerte, des abonnements électroniques et des services de distribution de documents. Toutes les opérations de la bibliothèque sont entièrement automatisées, y compris le catalogue de recherche, les prêts, les réservations et les renouvellements.

En plus de sa collection en version papier sur les dernières recherches touchant les activités pertinentes de la BAD, le centre offre un accès en ligne à un large éventail de ressources numériques, y compris des bases de données statistiques, des textes d’archives en ligne, des revues académiques et professionnelles, des journaux, des sources d’informations stratégiques en affaires, des documents officiels, et des liens vers des sites web pertinents. KVRC entretient, en outre, un réseau de partage de ressource avec plusieurs institutions internationales universitaires et de recherche, et est abonné à des services de distribution de documents en Europe et en Amérique du Nord.

Le saviez-vous

D’ici à 2020, dans certains pays, les récoltes issues de l’agriculture pluviale pourraient connaître une baisse allant jusqu’à 50%

Savoir plus