Chapitre 2. Malgré un certain recul, la pauvreté reste élevée

Principaux messages

  • La pauvreté a progressé en Afrique jusque vers l’année 1993 pour ensuite reculer. Toutefois, dans le même temps et malgré les progrès enregistrés, l’écart s’est creusé entre l’Afrique et les autres régions en développement – un écart qui semble concerner la sévérité et l’intensité de la pauvreté plus que son incidence en nombre de personnes touchées.
  • En plus d’avoir fait reculer la pauvreté monétaire, la croissance s’est traduite par une amélioration de la situation sociale et du bien-être, ainsi que des avancées en termes de développement humain, notamment en termes d’une amélioration du taux d’alphabétisation des jeunes et d’un fléchissement de la mortalité infanto-juvénile. Toutefois, la croissance n’a pas automatiquement des conséquences positives sur les indicateurs sociaux et la pauvreté, comme en témoignent les taux d’achèvement du cycle d’enseignement primaire – stationnaires dans les pays d’Afrique riches en ressources – et la lenteur du recul de la pauvreté dans un grand nombre de pays.
  • En Afrique, les progrès dans la lutte contre la pauvreté monétaire donnent des résultats différents selon que les pays sont riches ou pauvres en ressources naturelles. Si les seconds ont réussi à faire reculer la pauvreté de 16 points entre 1995 et 2000, cette réduction n’a été que de 7 points pour les premiers : en effet, les pays riches en ressources dépensent généralement moins pour la santé et l’éducation que les autres. L’écart s’est donc creusé entre les pays riches et ceux pauvres en resources naturelles. Dans bon nombre de pays, la pauvreté touche encore près de 50 % de la population. Ces pays devront faire l’objet d’une attention toute particulière au cours des prochaines années.
  • Cependant, les conclusions peuvent être différentes selon que l’on calcule le revenu moyen/la consommation moyenne par habitant à partir de données d’enquêtes ou sur la base des comptes nationaux. Si l’on tient compte des enquêtes menées auprès des ménages, la pauvreté n’a diminué que lentement, malgré la croissance importante qu’a connue l’Afrique ces dernières années, alors que les données tirées des comptes nationaux semblent indiquer qu’elle a régulièrement reculé, quelle qu’ait été la situation initiale du pays. De son côté, l’évaluation de la pauvreté en fonction du patrimoine semble indiquer que les progrès ont été moins marqués sur la dernière décennie que sur la précédente (1990-2000).