Chapitre 5. La jeunesse africaine sur le marché du travail

Principaux messages

  • L’Afrique continuera de compter une proportion significative de la jeunesse mondiale. D’après les projections, le continent comptera en 2050 un tiers de la population jeune de la planète, contre un cinquième en 2012. Si les tendances actuelles se poursuivent, cette expansion concernera surtout l’Afrique de l’Ouest, centrale et de l’Est.
  • L’insuffisance de l’emploi salarié chez les jeunes est essentiellement un problème de demande. Si la réduction du taux de fécondité et le développement de compétences pertinentes pour le marché du travail sont indispensables pour que l’Afrique tire parti de son dividende démographique – comme l’a fait l’Asie –, la demande de main-d’œuvre joue un rôle déterminant dans l’amélioration des niveaux d’emploi. Or si le développement des compétences semble prometteur (comme l’indiquent les résultats de l’enseignement), la demande de main-d’œuvre n’est actuellement pas suffisante, ni en quantité ni en qualité. En outre, dans la plupart des pays d’Afrique, les améliorations enregistrées dans les domaines de la santé et de l’éducation n’ont pas significativement fait baisser la fécondité.
  • Dans tous les pays, les jeunes continuent de constituer la majeure partie de la population et d’être les plus touchés par le chômage. Toutefois, les économies africaines sont hétérogènes ; elles suivent des trajectoires différentes dans leur démographie, leurs structures économiques et leurs politiques de développement de la jeunesse. Il importe d’adapter au contexte les politiques publiques axées sur la jeunesse si l’on veut qu’elles agissent rapidement et durablement sur l’emploi des jeunes.