Rapport annuel 2010 - La Stratégie à moyen terme fil conducteur des activités de la BAD

07/06/2011
Share |


L’orientation opérationnelle du Groupe de la Banque est guidée par sa Stratégie à moyen terme (SMT), portant sur la période 2008–2012. Le lancement de la SMT en 2008 a coïncidé avec l’éclatement des crises pétrolière, alimentaire et financière, qui ont eu un grand impact sur les pays membres régionaux (PMR). La Banque a répondu avec célérité et flexibilité aux besoins pressants de ses clients.

L’institution a décaissé les ressources par avance, restructuré son portefeuille de prêts et offert des instruments à décaissement rapide, afin d’aider les PMR à faire face aux effets à court terme et à atténuer les répercussions à plus long terme.

Les prêts du Groupe de la Banque se sont établis à 8,06 milliards d’UC* en 2009, enregistrant un bond de 160,3 % par rapport à leur niveau de 2007. Ils ont été nettement supérieures à ce qui avait été initialement prévu, avant l’éclatement de la crise.

Entre 2008 et 2010, les investissements consacrés aux domaines prioritaires essentiels infrastructure, développement du secteur privé, gouvernance, et enseignement supérieur, technologie et formation professionnelle – ont représenté 88,4 % de l’ensemble des engagements de la Banque.

Sur ces investissements, la part des opérations souveraines d’infrastructure a été de 51,3 %, de 25 % pour le secteur privé et d’environ 22 % pour la gouvernance. Cette répartition correspond globalement à la ligne générale de la  stratégie à moyen terme.

Toutefois, les opérations approuvées pour l’enseignement supérieur, la science et la technologie n’ont pas atteint 2 % des prêts et cette situation doit être redressée.

Les activités de la Banque depuis 2008 sont caractérisées par l’expansion rapide des opérations du secteur privé, notamment dans les pays à faible revenu. Une revue de la politique de la Banque pour le développement du secteur privé est en cours. Elle permettra d’affiner les opérations à court terme.

Les interventions se sont poursuivies dans les États fragiles, le concours du Groupe de la Banque se révélant déterminant pour la stabilité économique et sociale. Les investissements dans les opérations régionales sont sur la bonne voie, la demande étant supérieure aux ressources disponibles.

Durant l’année 2010, le Groupe de la Banque s’est attaché encore davantage aux quatre domaines opérationnels essentiels.

Il a ainsi accru son soutien à l’intégration régionale, aux États fragiles, aux pays à revenu intermédiaire (PRI) ainsi qu’au développement agricole et rural.

La BAD n’a cessé de s’affirmer comme centre d’excellence pour le développement et la gestion des connaissances, tout en se faisant un porte-parole de premier plan des enjeux de développement du continent sur la scène internationale, par exemple à la réunion de la Conférence ministérielle sur la coopération économique Corée-Afrique (KOAFEC), en septembre et au sommet du G20 à Séoul, en novembre 2010.